16 octobre 2021
Archives Critiques

Les Femmes de l’Ombre : Critique

Normalement, avec Jean-Paul Salomé, on n'est jamais déçu. Des "Braqueuses" jusqu'à "Arsène Lupin" en passant par l'inénarrable "Belphégor", le réalisateur a enchaîné les catastrophes avec une précision d'horloger, ne réussissant qu'un sympathique Restons groupés qui fait office de point culminant dans sa filmographie. "Les Femmes de l'Ombre" sentait donc le pur plaisir coupable, le genre de film qui fait pleurer les mémés mais titille les zygomatiques des adeptes du second degré. Ce n'est malheureusement pas cette fois qu'on rira bruyamment : car si "Les Femmes de l'Ombre" est un film relativement médiocre, il n'en reste pas moins que c'est un bon Salomé. Du genre qui ne fera pas trop tache en prime-time sur TF1.

"Les Femmes de l'Ombre" marche sur les traces du "Black Book" de Paul Verhoeven par ses intentions de faire naître le mélodrame au coeur de l'emprise nazie. La comparaison s'arrête là : si Verhoeven emballait le spectateur à grands coups de rebondissements et au gré d'un rythme débridé, Salomé orchestre une petite aventure franchouille et bien peignée qui ne parvient jamais à chavirer les coeurs. Malgré un casting de stars, son quintet de gonzesses manque singulièrement de piquant. On se demande presque pour quelles raisons il fallait autant d'héroïnes, sinon pour montrer que "l'union fait la force". Peu ou pas dirigées, les actrices font ce qu'elles peuvent, d'autant qu'aucune n'a jamais été la reine de la finesse. Marie Gillain, Sophie Marceau et Julie Depardieu multiplient les oeillades, à mille lieues de la discrétion dont devaient faire preuve les résistants de l'époque. C'est finalement Maya Sansa et Déborah François, plus en retenues, qui s'acquittent le mieux de leurs rôles. Cette dernière est bien particulièrement servie par un personnage plus complexe que prévu.

Les péripéties s'enchaînent assez mollement dans "Les Femmes de l'Ombre", mais sans réelle raison de s'indigner ou de s'esclaffer. Les invraisemblances finissent pourtant par l'emporter, au gré d'une fin mal fichue et sentant le manque d'inspiration. Encore une différence avec le film de Verhoeven : Salomé joue délibérément la carte du réaliste, ce qui s'accommode très mal avec son désir de romanesque. Plate mais moins mauvaise que par le passé (mais plate quand même), sa mise en scène ne permet pas au film de prendre de l'ampleur ou de se débarrasser, même temporairement, du lourd contexte historique qui sert de toile de fond. Reste que ces deux heures de "Femmes de l'Ombre" ne traînent pas trop en longueur, et que les spectateurs les moins exigeants pourront trouver dans "Les Femmes de l'Ombre" un spectacle pas trop stupide à défaut d'être stupéfiant.

Auteur :Thomas Messias
Tous nos contenus sur "Les Femmes de l'ombre" Toutes les critiques de "Thomas Messias"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 septembre 2021

Rédaction

Tout s’est bien passé : L’émotion du raffinement et de la simplicité

Rédaction

Tout s’est bien passé : Pas de pleureuse

Rédaction