Archives Critiques

Les Hommes Libres : La critique du film

C'est un film entre Histoire et histoires, qui joue la carte du devoir de mémoire et de la fiction.

"Les hommes libres" d'Ismaël Ferroukhi s'intéresse aux réseaux de Résistance de la Mosquée de Paris en 42.C'est une histoire que l'on connaît peu, occultée par un devoir de mémoire et de rassemblement qui se soucie trop peu des minorités. Mais une page de l'histoire qui mérite amplement d'être vue et connue.

Ismaël Ferroukhi, français d'origine marocaine, s'est adjoint les services d'un historien pour conter son film. Et mêle personnages réels et fiction pour mieux nous immerger dans les faits. Si de fait le scénario ne s'emballe que dans son dernier tiers, il prend auparavant son temps pour poser les bases de ses personnages.

Parmi eux donc le jeune Younes, joué par un Tahar Rahim trop rare depuis "Un prophète", et Kaddour Ben Ghabrit, incarné par l'impeccable Michael Lonsdale. Et puis il y a ce jeune chanteur juif à la voix unique...

Directement adapté de la vie d'une figure de la chanson arabo-andalouse, Salim Halali, Juif algérien qui échappa de peu à la déportation. Entre accents de vrai et vraie fiction, "Les hommes libres" ne choisit donc jamais vraiment, préférant faire naître des impressions, des émotions en s'appuyant sur ses comédiens en particulier.

Et s'il n'est pas tout à fait réussi sur sa forme, "Les hommes libres" a du moins le mérite de mettre en lumière cette histoire, ces hommes que la Résistance oublie parfois dans un recoin de sa mémoire.

Auteure :Fadette Drouard

Tous nos contenus sur "Les Hommes Libres" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"

ça peut vous interesser

Portrait de la jeune fille en feu en Bluray

Rédaction

La Sainte Famille : Famille (post)-nucléaire

Rédaction

Perdrix : Drôle d’oiseau

Rédaction