12 décembre 2019
Archives Critiques

Les Morsures de l’Aube : La critique du film

Antoine de Caunes, passé depuis quelques années du petit au grand écran, fait ses débuts derrière la caméra avec "Les Morsures de l'Aube", en choisissant d'adapter avec son complice Laurent Chalumeau un roman de Tonino Benacquista. La surprise est plutôt bonne, secondé par des acteurs visiblement séduits par l'expérience, le réalisateur de Caunes s'en tire bien.

Plus que le film d'un genre unique, "Les Morsures de l'Aube" est constitué d'un mélange d'ambiances aussi diverses que réussies passant par exemple de la comédie au thriller sans heurts pour le spectateur.

Le cinéaste joue avec son personnage effritant peu à peu la confiance qu'il peut avoir en lui et juxtaposant à son univers rassurant et balisé un monde nocturne interlope et beaucoup plus trouble.

Antoine de Caunes joue aussi beaucoup avec son spectateur entretenant l'ambiguïté autour du thème du vampirisme de manière assez habile mais agaçante pour le spectateur laissé dans l'incertitude jusqu'à la toute fin du film.

Pour le reste, si l'intrigue ne s'avère pas toujours d'une originalité renversante, Antoine de Caunes fait preuve d'un certain courage en prenant le parti de faire moins conventionnel et moins balisé que le reste de la production française.

Tout cela fait que "Les Morsures de l'Aube" reste un film intéressant malgré quelques petits défauts (certaines scènes sont inutiles et d'autres mériteraient d'être développées). Si le mystère, la nuit, les ambiances troubles et les vampires vous intéressent, ce film vous fera passer un bon moment.

Si vous n'aimez pas tout cela, "Les Morsures de l'Aube" risque tout de même de vous surprendre agréablement...

Auteur :Guillaume Branquart

Tous nos contenus sur "Les Morsures de l'Aube" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Marche à l’ombre : Première fois pour Michel Blanc

Rédaction

La Belle Epoque : une superbe machine à remonter le temps

Rédaction

Au nom de la terre : Notre Terre et nos hommes au grand jour

Rédaction