15 septembre 2019
Critiques

Les Plus belles années d’une vie : La critique du film

Critique du film Les Plus belles années d'une vie

par Victor Van de Kadsye


Cette critique du film "Les plus belles années d'une vie" va être franche et directe à la fois : le cinéma de Claude Lelouch ne m'a jamais touché. Ses grandiloquences musicales teintées d'un égo surdimensionné m'ont toujours sorti de ses histoires qui auraient gagné à être traitées par des auteurs plus romanesques et moins kitsch.

Que dire alors à part que, si "Un homme et une femme" ne m'a jamais convaincu, cette nouvelle suite, intitulée "Les plus belles années d'une vie", qui est sortie cinquante ans après le premier volet, ne m'a évidemment guère suscité d’enchantement.

Cependant, on peut remercier son réalisateur pour une seule chose assez importante : nous faire revoir Jean-Louis Trintignant plein d'entrain. Lui, qu'on a souvent vu si sinistre devant la caméra de Michael Haneke et les médias, nous apparaît espiègle et bouleversant à chacune de ses apparitions dans "Les plus belles années d'une vie".

Malheureusement, ça n'empêche pas le cinéma de Lelouch de paraître toujours aussi englué dans sa mièvrerie. Les effets spéciaux grotesques révèlent une espièglerie du réalisateur, mais à laquelle on peine à croire.

De même que la mélancolie du réalisateur, filmant le temps qui passe en se remémorant le début de la Nouvelle Vague, donne, au final, qu'une sorte de remix de "Un homme et une femme" fait par un fan de Lelouch.

Exceptée la sincérité de ses deux comédiens dans "Les plus belles années d'une vie", Trintignant donc et Anouk Aimée, tout semble faux dans cette suite que peu attendait et que peu risque de voir.

Tous nos contenus sur "Les Plus belles années d'une vie"

ça peut vous interesser

Le Dindon : Catastrophe industrielle ?

Rédaction

La Vie scolaire : Redoublement obligatoire

Rédaction

Never Grow Old : La critique du film

Rédaction