Critiques

Les Promesses : Anatomie du pouvoir

Par Thumette Frélaut


Après "La Mécanique de l’Ombre", un thriller énigmatique, Thomas Kruithof dévoile un nouveau regard sur le combat politique en France avec "Les Promesses". Un drame riche en complexité et réalité.

Dans une ville de banlieue parisienne, une maire (admirablement interprétée par Isabelle Huppert) est incertaine quant à son avenir et celui de la ville qu’elle administre. Un avenir tangible, qu’elle essaie de sauver de l’insalubrité. tout en tentant de redonner une morale là où logent plus de trois mille citoyens (le quartier des Bernardins). Toutefois, son ambition est remise en cause lorsqu’on lui propose d’être ministre. Après douze ans de service, comment concilier ses ambitions, sa ville et ses proches. Surtout, comment ne pas se faire oublier ?

Une justesse moderne

"Les Promesses" offre un réel regard sur les conditions de logements à travers la fiction. Dès le début du film, nous sommes happés par des scènes tristement vraies. Des litres d’eau s’écoulent des cages d’escalier que les habitants essaient comme ils peuvent d’essuyer avec les moyens du bord. Un des problèmes hélas récurrent de ces tours d’immeuble. Les locataires refusent de payer les charges. Il faut alors trouver des solutions ce que la maire, Clémence Collombet et son chef de cabinet, interprété par Reda Kateb, en font leur lutte principale. Mais ils ne suffisent pas. Une aide de l'État est indispensable pour sauver le quotidien de ces milliers de français.

Des interprètes symétriques

Comment exercer le pouvoir local ? D’après les élus, ça semble se jouer, premièrement, par la relation avec les habitants. Prendre le temps d’être avec eux et de connaître leurs préoccupations. Conjugués la tranquillité et l’espoir pour ceux que les politiques ont toujours trahis. Une mission dure, mais essentielle (qui pèse sur le dos de nos deux partenaires à l’entraide et à la complicité impressionnante). Mêlant l’intime et le professionnel, ces personnages traduisent la complexité de la sphère politique, bataillant pour arriver jusqu’à l’Elysée pour tenir leurs promesses. Un semblant d’éthique en politique ?

Thème récurrent des banlieues française et de la périphérie parisienne, le droit à un logement se place subtilement dans une année électorale. Un récit qui se veut proche de la vie d’élus locaux, des politiques les plus proches des citoyens. Avec finesse et intelligence, le duo Huppert-Kateb laisse dans "Les Promesses" une vision, sans parti pris, de l'œuvre publique.


Tous nos contenus sur "Les Promesses" Toutes les critiques de "Thumette Frélaut"

ça peut vous interesser

Vortex : Gaspar Noé a l’âge de raison

Rédaction

Petite Nature : Un film charmant

Rédaction

Notre-Dame brûle : Une reconstitution minutieuse et émouvante

Rédaction