Critiques

Les SEGPA : Carnet s’il vous plaît !

Par Pierre Deplancke


En 2016, les frères Boughéraba créent une web-série sur YouTube qui a rassemblé près de 2 millions d’abonnés, des vidéos dépassant les 10 millions de visionnages. Succès ! Alors après trois saisons, voici le film les SEGPA, produit entre autres par Cyril Hanouna et donc StudioCanal qui s’est emparé du contenu pour le projeter sur grand écran.

Le film retrace le parcours d’un groupe de SEGPA expulsés de leur collège et qui se retrouvent dans l’établissement Franklin D. Roosevelt. Sauf qu’ils se retrouvent dans cet établissement huppé et élitiste par un stratagème du principal qui souhaitait surtout bénéficier des subventions de l’État. Une affaire de gros sous donc. Sauf que les SEGPA se mêlent aux différents élèves notamment aux lycéens en terminale, histoire d’amour, amitié, tout ça quoi… et qu’ils deviennent très populaires ! Le principal et certains individus jaloux de leur prestige inattendu vont tout faire pour les expulser à nouveau.

Bien, maintenant que le synopsis est présenté, comment décrire avec finesse le résidu de bidet qu’est ce film ? Avant même sa sortie, il avait suscité un grand nombre de réactions négatives notamment de la part du corps enseignant. Une campagne de boycott a même été lancée contre ce film. Mais du coup… avant de boycotter à tort et à travers, votre fidèle serviteur, et lui-même enseignant, s’est lancé en opération kamikaze pour se faire sa propre idée comme tout bon spectateur devrait le faire avant de juger un film à son affiche.

Eh bien je ne fus pas déçu ! Le film est mauvais, on s’en doutait, mais ce qui dérange surtout ce n’est pas l’humour du film qui est potache, gras, lourd, bêbête. On a le droit d’en rire et encore heureux. Ce qui est vraiment injustifiable, c’est que pour faire réussir les SEGPA dans leur obtention du brevet, c’est d’en venir aux mains, littéralement, le film passe par de la violence physique mise sur le compte de l’humour pour justifier la réussite des élèves. Je ne suis pas certain que tout le monde apprécie…

critique-les-segpa
Ichem Bougheraba, Walid Ben Amar, Arriles Amrani, Abd-el-Kader Biskri, Charles Nyobe, Lahssen Amari, Anthony Pinheiro - Copyright Apollo films
« Je l’ai soumise »

Autre problème grave de ce film, l’hyper-sexualisation des propos, de certaines scènes qui banalisent la sexualité des adolescents comme si c’était des bombes à hormones. Et c’est là que le titre du film ne colle plus du tout à la web-série. Les acteurs sont beaucoup trop âgés pour leurs rôles ! Ce sont des adultes ! Emma Smet, par exemple, joue une lycéenne de 17 ans alors qu’elle en a 24 ! Ichem Boughéraba est proche de la trentaine ! Choix de la réalisation ? Pourquoi pas ? Mais adaptons les dialogues pour que ça colle au moins au titre. Si vous y allez en famille, éloignez les enfants pour qu’ils n’entendent pas l’un des protagonistes dire « je l’ai soumise » en parlant d’une fille qui était chaude comme la braise (comme toutes les lycéennes c’est bien connu) ! Et encore ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres…

Propos d’adultes, hyper-sexualisation, stigmatisation d’une communauté d’élèves en grandes difficultés scolaires, que manque-t-il ? Mais oui ! Le mépris de l’institution scolaire ! Rien ne colle à la réalité ! Ce n’est absolument pas crédible pour un sou. Même le CPE chargé de la surveillance dit aux élèves : « vous avez deux heures » alors que juste derrière lui écrit au tableau, les temps des épreuves sont clairement visibles et elles durent trois heures. Zéro pointé ! Une écriture bâclée d’un film vidangé. Si vous y allez, éloignez les enfants ! Ce n’est pas pour eux. Au mieux des ados qui ne sont déjà plus en SEGPA.

Conclusion : voir les SEGPA au cinéma ou avoir une heure de colle en permanence, même punition !

Tous nos contenus sur "Les SEGPA" Toutes les critiques de "Pierre Deplancke"

ça peut vous interesser

Le Secret de la cité perdue : Desperate Housewives dans la jungle

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 2 avril 2022

Rédaction

Murder Party : Vous êtes morts de jouer

Rédaction