Archives Critiques

Les Sentiers de la Perdition : Magnifique !

De toutes les louanges que vous lirez sur "Les Sentiers De La Perdition", des plus timorées aux plus enthousiastes, aucune ne rendra justice à ce film magnifique car s'il les méritent toutes, il en mérite bien davantage encore.

La Mafia et la prohibition ont inspiré de nombreux cinéastes et presque immanquablement, cela a engendré de bien beaux films –films qui figurent dans la cinémathèque idéale de tout cinéphile qui se respecte. Là où "Les Sentiers De La Perdition", c'est en introduisant au cœur même de l'intrigue un double dilemme cornélien : celui d'un fils traqué (Sullivan) qui, pour venger sa famille doit tuer son père ; et celui d'un père (Rooney)qui doit pourchasser un fils aimé pour épargner un fils maudit.

Les acteurs de cette tragédie apparaissent ainsi plus humains, en particulier le personnage de Sullivan, brave type victime du destin qui ayant été élevé par Rooney n'est pas devenu tueur à gages par vocation ;cela s'est imposé à lui. Il n'est ni bon ni mauvais, il fait simplement son travail. Schéma fatal qui risque à tout moment de devenir celui de son fils.

Cette intrigue adaptée d'une B.D. culte aux Etats-Unis devient entre les mains de Sam Mendes un hommage aux films noirs d'antan et ni plus ni moins une leçon de cinéma. A des lieux de la mise en scène d'"American Beauty" (qui lui valu quelques oscars bienvenus pour un premier film), Mendes nous offre un film d'un classicisme achevé où rien n'est laissé au hasard : aucuns gestes ni paroles superflues, découpage au rasoir, photographie terne à la limite du noir et blanc…

Bien sur, beaucoup de spectateurs se déplaceront pour la confrontation de ces deux monstres sacrés que sont Paul Newman et Tom Hanks. Ils ne seront pas déçus. Au sommet de leur art, ils incarnent leurs personnages avec sobriété, sans se faire d'ombre mais en apportant cette dose d'humanité que seuls des comédiens de cette valeur sont capables.

De plus, ils se révèlent de la même trempe, les générations n'ont rien a voir là-dedans. Comme deux pieds de vigne ayant poussé dans la même terre, à des périodes différentes, et qui produisent le même vin aux vertus sans pareilles et qu, selon l'expression consacrée, ‘se bonifie avec l'age'. Il faut également mentionner la prestation de Jude Law qui en surprendra plus d'un et celle du jeune Tyler Hoechlin, très convaincant en homme au sortir de l'enfance.

Mention spéciale également à Thomas Newman qui a composé une musique fantastiquement lyrique qui souligne à merveille le fatalisme de ce ballet de mort.

Auteur :Pierre Lucas
Tous nos contenus sur "Les Sentiers de la Perdition" Toutes les critiques de "Pierre Lucas"

ça peut vous interesser

Le nouveau film de Woody Allen !

Rédaction

Toy Story 4 : Le fabuleux destin des jouets

Rédaction

Exodus avec Paul Newman : Concours DVD

Rédaction