15 décembre 2019
Archives Critiques

Les Sentiers de la Perdition : Quel plaisir !

Après le troublant et réussi "American Beauty", Sam Mendes revient avec "Les Sentiers De La Perdition", une oeuvre à part entière, car le qualificatif n'est pas trop grand, qui lui apportera autant de succès critique et commercial qu'avec sa précédente réalisation.

Ce conte initiatique vous emmènera là où peu de films de gangsters respectables vous ont emmenés depuis. D'abord par le thème scénaristique de la filiation. Elle est abordée à travers plusieurs relations : Sullivan et son fils, Rooney et le sien et enfin Sullivan-Rooney. Celles-ci semblent différentes au premier abord mais elles ne le sont pas réellement.

Dans chaque relation, le " père " protège son fils, ou veut l'éloigner de sa destinée. Ensuite, ce long métrage doit beaucoup à sa photographie. Au fur et à mesure du récit, les images passent d'une couleur sombre et d'une lumière faible à des teintes plus vives accompagnées d'une lumière blanche, synonyme de bonheur ou d'autre chose.

Mendes ne se prive pas non plus de faire référence à d'autres films de ce genre cinématographique (De Palma, James Mangold). Il évite la violence sale, elle est ici montrée mais plutôt aseptisée.

Il est certain qu'avec une telle distribution, Mendes ne pouvait réussir qu'un très bon film. Tom Hanks montre qu'il peut jouer des personnages au lourd passé. Plus il vieilli, meilleur il est. C'est actuellement le meilleur acteur de sa génération.

Quant au plaisir de retrouver Paul Newman dans un rôle de parrain de la mafia irlandaise, c'est un véritable régal. Ce serait un excellent baroud d'honneur pour cet acteur à la carrière exceptionnelle. Jude Law, après avoir joué les gigolo dans "Intelligence Artificielle", est, quant à lui, méconnaissable, au grand dam de certaines spectatrices...

"Les Sentiers De La Perdition" est un véritable plaisir pour les cinéphiles. Elle n'est pas sans défauts (certaines scènes méritaient un traitement plus long, certains personnages devraient être plus approfondis peut-être pour le DVD ?) mais il trouvera très facilement sa place dans le cœurs des fans, des inconditionnels du film de gangsters que l'on regarde avec respect : la trilogie du "Parrain", "Les Affranchis", "Casino", "The Yards" pour ne citer que ceux là. 

Auteur :Pierre Godon
Tous nos contenus sur "Les Sentiers de la Perdition" Toutes les critiques de "Pierre Godon"

ça peut vous interesser

À couteaux tirés : Une comédie policière qui fait chaud au cœur

Rédaction

James Bond 007 : Collection Daniel Craig

Rédaction

Un jour de pluie à New York : Celebrity chez les Millenials

Rédaction