Critiques

Les Suffragettes : La critique

Le terme « Suffragettes » m'est devenu familier avec le film de Disney, "Mary Poppins", dans lequel la mère de famille un peu loufoque, Mrs Banks, est une militante en faveur du droit des femmes et porte fièrement une écharpe scintillante « Votes for women ». Autant le dire de suite, le film de  Sarah Gavron n'a absolument rien à voir avec la fantaisie de Mrs Banks et m'a apporté une compréhension un peu plus fournie du combat des Suffragettes britanniques.

Le film est centré sur les activités d'un groupuscule de militantes de l'est londonien en 1912, et tout particulièrement sur le parcours de Maud Watts, jeune ouvrière dans une blanchisserie, brillamment incarnée par Carey Mulligan, que l'on a pu voir dans "Drive", "Gatsby le magnifique" ou encore "Inside Llewyn Davis". Arrêtons-nous d'ailleurs un instant sur l'interprétation de la comédienne, qui est l'un des points forts, sinon LE point fort de ce long-métrage. Elle fait preuve de sensibilité, de force, d'émotion et de caractère et livre tout simplement un jeu irréprochable (coucou les Oscars ?).

"Les Suffragettes" suit donc l'embrigadement de Maud dans une lutte dont elle ignorait auparavant les enjeux. Portée par l'énergie et la révolte d'Edith ( Helena Bonham Carter – parfaite) et de Violet (Anne-Marie Duff - touchante), Maud s'ouvre petit à petit à un discours qui va tour à tour l'intriguer, la surprendre, l'éveiller puis la transformer. A noter aussi la présence au casting de Meryl Streep, qui joue Emmeline Pankhurst, figure du mouvement appelant à la désobéissance civile. Si son nom, son portrait, sont des éléments récurrents dans le film, l'actrice n'apparait que quelques minutes. On aurait évidemment aimé qu'elle tienne un plus grand rôle... Son personnage demeure mystérieux, sûrement à juste titre, et mériterait finalement un récit à part entière.

Si les Suffragettes revendiquent le droit de vote pour les femmes, le film s'attarde plus largement sur la condition des femmes au début du XXème siècle. On a droit à un panel d'injustices et de revendications féministes au sein desquelles la politique n'est qu'un sujet parmi d'autres, tout en demeurant la clé du progrès. La dimension politique du combat aurait pu être plus mis en valeur, ce qui aurait certainement renforcé le film qui cède parfois à la facilité.

Voilà ce qu'on peut reprocher aux "Suffragettes" : une réalisation convenue, lisse, disciplinée, un peu trop de bons sentiments à des moments, quelques lenteurs parfois. On se sent concerné - et encore une fois difficile de ne pas succomber au charme de Carey Mulligan - mais on a du mal à s'engager, à enrager. Pour ne pas faire preuve de trop de sévérité, il faut toute de même avouer que "Les Suffragettes" consitue une bonne piqûre de rappel et une bonne illustration d'une bataille remportée en 1928 en Grande-Bretagne... Et en 1944 en France !

Auteure :Caroline Boeuf
Tous nos contenus sur "Les Suffragettes " Toutes les critiques de "Caroline Boeuf"

ça peut vous interesser

Adieu Monsieur Haffmann : Presque une réussite

Rédaction

Don’t Look Up : Entre folie et désarroi

Rédaction

Don’t Look Up : Adam McKay revient sur terre

Rédaction