Critiques

L’Événement : La violence du silence

Par Marine Fersing


« Malheureusement quand vous travaillez sur l’avortement vous êtes toujours dans l’actualité », a déclaré Audrey Diwan lors de son discours à la 78e édition de la Mostra de Venise. Elle y a reçu le Lion d’Or pour son deuxième long-métrage "L’Événement".

Adapté du roman éponyme d’Annie Ernaux, le film retrace l’histoire d’Anne (Anamaria Vartolemei) qui ne souhaite pas garder l’enfant qu’elle porte. Du haut de ses 23 ans, elle veut continuer ses études de lettres. Mais, malheureusement pour Anne, elle est étudiante en 1963. Le droit à l’avortement en France ne sera gagné que 12 ans plus tard.

La jeune femme se bat pour trouver un moyen d’arrêter cette grossesse non désirée dans une société où l’avortement constitue un crime et un sujet tabou. Avorter à l’époque était un acte violent et douloureux souvent marqué par une grande solitude. Anne doit affronter seule cette épreuve. Tout le monde lui tourne le dos à cause de la peine de prison encourue. Elle va donc se battre pour choisir la vie dont elle a toujours rêvée.

La justesse d’Anamaria Vartolomei

Il est impossible de rester indifférent devant « L’Événement » d’Audrey Diwan. Le rythme du récit est construit de manière que le spectateur partage l’angoisse du personnage d’Anne. Le film est ponctué par les semaines qui défilent sur l’écran. La protagoniste et le public font face à l’épreuve du temps. Ayant d’abord peur, Anne retarde son avortement. Toutes les difficultés auxquelles elle doit faire face nous sont montrées.

Le scénario d’Audrey Diwan et de Marcia Romano montre à quel point une grossesse non désirée était, dans les années 60, un véritable piège. Durant tout le film, les différents personnages ne cessent de rappeler à Anne qu’elle n’a pas le choix, qu’elle ne devrait même pas penser à l’idée de ne pas avoir cet enfant. Le mot avortement n’est pas souvent prononcé. C’est une réalité que tout le monde connaît. Cependant, personne ne l'’accepte.

critique-levenement3
Anamaria Vartolomei - Copyright 2021 PROKINO Filmverleih GmbH

Ce silence de l’entourage d’Anne, et plus globalement de la société, la pousse à vivre seule des moments d’une violence inouïe. La caméra filme à trois reprises les tentatives d’avortement d’Anne. Le moment où elle perd le bébé n’est pas non plus dissimulé. Pour interpréter cette douleur inimaginable, seule une actrice de grand talent en était capable.

Audrey Diwan aura visé juste en choisissant Anamaria Vartolomei. Dans "L’Événement", elle excelle dans ce rôle. Dès la première tentative d’avortement d’Anne, le jeu de l’actrice est époustouflant. La douleur du personnage nous transperce. Il est difficile de ne pas avoir envie d’échapper à cette dure réalité du passé en détournant son regard de l’écran, tellement cette scène est insoutenable.

Pourtant, nous nous devons de tout regarder pour ne pas oublier cette souffrance. Tout au long de "L’Événement", Anamaria Vartolomei monte en puissance, rendant cet exercice de plus en plus compliqué. Au fur et à mesure que son visage se crispe pour ne pas laisser échapper le moindre cri, le spectateur assiste à la naissance d’une grande actrice à en devenir. L’académie des César n’est pas passée à côté de ce talent puisque Anamaria Vartolomei figure parmi les révélations de 2021.

Une réalité dure à accepter

« Vous n’avez pas le choix et il faut l’accepter ». Ces mots du médecin d’Anne font l’effet d’un coup de poing. Elle est enceinte. C’est une fatalité. Elle ne peut pas se dérober et Audrey Diwan ne donne pas non plus cette possibilité aux spectateurs. Sa caméra est constamment centrée sur Anamaria Vartolomei. Elle nous offre un regard intime sur cette dure histoire.

Audrey Diwan dirige notre regard et montre aux spectateurs des choses qu’ils aimeraient bien ne pas voir, comme lorsque la caméra se baisse pour montrer le fœtus dans la cuvette des toilettes. C’est là toute la puissance du film, dévoiler ce qui pendant trop longtemps est resté dans l’ombre, dans un silence violent.

"L’Événement" est un film qu’il est nécessaire de voir dans un contexte où le droit à l’avortement est souvent remis en question. Il vous procurera une émotion qui n’est, certes, pas joyeuse, mais qui reste très intéressante à explorer.


Tous nos contenus sur "L’Événement"

ça peut vous interesser

Nitram : Il rate sa cible

Rédaction

Les Passagers de la Nuit : Fragments nostalgiques

Rédaction

Vortex : Gaspar Noé a l’âge de raison

Rédaction