Critiques

Little Monsters : La critique du film

Critique du film Little Monsters

par Alexa Bouhelier-Ruelle

De "Shaun Of The Dead" à "Zombieland", au plus récent "Anna et L’Apocalypse", le genre du film de zombie n’est pas près de faire sa révérence ; jusqu’à avoir son propre surnom de « zom-com » en anglais. Le réalisateur Australien Abe Forsythe vient de contribuer une nouvelle fois au genre, et cela de manière plutôt surprenante. Certes, "Little Monsters" ne révolutionne pas le genre en soit. Cependant, il y a assez de comique de circonstance, de suspense, de sang et plus surprenant un brin de romance, pour faire de ce film un vrai petit bijou et un bon moment assuré.

Pensez à tous ce que vous aimez chez Edgar Wright et son "Shaun of the Dead". Maintenant, mêlez ce style de comédie avec les sentiments et le cœur que mettait Ivan Reitman dans "Un Flic à la Maternelle" et vous obtiendrez dans un sens ce nouveau film qui laisse gambader des maternelles Australiens dans une ferme en pleine invasion de zombies.

Cependant, le cœur du sujet de "Little Monsters" ne sont pas les zombies, mais bel et bien les personnages principaux qui encadrent ces jeunes enfants. En résulte une comédie originale, avec le cœur sur la main (et non pas dans la bouche d’un des zombies du film en question). Un peu comme "Shaun Of The Dead", "Little Monsters" donne le ton dès le début du film avec une bande-originale qui laisse à entrevoir un film comique plutôt qu’un bain de sang. Ce qui fait de "Little Monsters" une sorte d’hybride entre comédie et horreur, bourrée de blagues un peu lourdes et mal placées.

Au casting, en première ligne, Josh Gad, qui joue un acteur raté, alcoolique et nymphomane. Toutefois, qui vole la vedette aux acteurs plus matures et/ou oscarisé(e) ? C’est bel et bien cette bande d’enfants à l’accent australien, sautant partout, souriant et chantant des titres de Taylor Swift et Neil Diamond. S'y ajoute Lupita Nyong'o, jeune actrice autour de laquelle le consensus est tel que la jeune actrice est devenue très vite la nouvelle « Scream Queen » du cinéma international. Participer à un film tel "Little Monsters" peut paraître bizarre de la part d’une actrice Oscarisée, mais si elle l’accepte, la voix est toute tracée.

Depuis sa performance incroyable dans le dernier "Us" de Jordan Peele, Nyong’o se retrouve ici avec beaucoup de sang sur les mains, mais cela lui va si bien. Elle est calme, pertinente et avec un sens de la comédie très proche de celui de Jamie Lee Curtis dans les années 70. Maniant parfaitement la pelle pour décapiter des zombies, Lupita Nyong’o amène un certain réalisme très touchant. En effet, on se laisse berner à penser que Nyong’o est une vraie maitresse, elle va ainsi plus loin que ce que le seul film d’horreur demande d’elle.

"Little Monsters" est en définitive une véritable lettre d’amour aux professeurs qui accompagnent chaque jour le développement des enfants. Après une comédie un peu amer sur le racisme sortie en 2016 ("Down Under"), Abe Forsythe écrit et réalise quelque chose de plus léger. Une petite parenthèse qui, malgré ses qualités et ses éléments de genre, fonctionne, mais trébuche parfois et aussi au niveau de la romance entre les personnages principaux. Une addition de dernière minute bienvenue, certes, mais qui malheureusement ne restera pas gravée dans les mémoires.

Avec les nombreuses qualités d’un scénario hilarant et vif, "Little Monsters" réussit à naviguer dans les eaux d’un genre si particulier. Abe Forsythe conçoit un mix surprenant entre film de zombies sanglant et cascade de blagues salaces..

ça peut vous interesser

Radioactive : La critique du film

Rédaction

Un fils : La critique du film

Rédaction

En avant : La critique

Rédaction