28 février 2020
Critiques

Lucy de Luc Besson : La critique

Qu'on aime ou non Luc Besson et son cinéma, on peut à tout le moins s'accorder sur le fait qu'il est une personnalité à part entière du cinéma français.

Ambitieuse ou encore extravagante sont certains des nombreux qualificatifs qu'on pourrait attribuer à son oeuvre. Cela se confirme avec son dernier film : "Lucy". Ce qui est dommage, c'est qu'avec cette nouvelle cuvée, l'ambitieux, l'extravagant n'ont pas eu le temps de mûrir et les fruits sont amers.

Un des points majeurs qui font défaut à sa dernière réalisation : le manque de personnages intéressants. Que ce soit Scarlett Johansson (dans une de ses interprétations parmi les plus plates) ou encore Morgan Freeman (effectuant une mission de remplissage plus par son nom plus que par son interprétation), on ressent également un manque cruel de méchant intéressant et d'allié attachant.

"Lucy" ne suit donc pas l'histoire vécue collectivement par les personnages, mais semble plutôt tenir un discours sur la nature humaine. Une allégorie, clairement sensible dès l'introduction du récit par le montage discursif (une alternance entre des plans de l'action et des plans ayant valeur de métaphores).

Elle se traduit dans la narration très figée, mécanique, par les cartons nous indiquant la progression du récit,  un décompte d'où ne surgit que la question "Que va-t-elle pouvoir faire maintenant ?" même s'il est évident que ses possibilités sont presque illimitées dès son ingestion du CPH-4.

Au cas où nous n'aurions pas compris que Scarlett Johansson verrait son potentiel intellectuel et physique décuplé, une magnifique conférence du professeur Morgan Freeman (humour, mais pour ceux qui auront vu le film tentez de vous rappeler du nom des personnages secondaires pour voir) se charge de l'exposition. Ce qui nous permet d'anticiper la suite de l'intrigue. Cependant, on peut reconnaître au film une réalisation dynamique, bien que les maigres scènes d'action ne soient pas captivantes.

Malheureusement, une mise en scène bien rythmée n'est que peu de choses lorsqu'on ne la met pas au service d'un scénario bien ficelé. Nous en avons un bel exemple avec "Lucy". Une intensité de montage et une audace de cadrages qui ne montrent rien que de la vulgarité esthétique. Une orgie de lumières et d'images de synthèse qui n'émeuvent pas en plus de ne pas être crédibles.

Au plan visuel, on sent que l'esthétique n'a rien d'innovante et est sous travaillée, sauf pour ce qui est des dernières minutes du film qui présentent de belles choses quand même.

Enfin, on peut résumer ce que "Lucy" nous propose en affirmant que la composante principale de cette oeuvre, c'est le vide. Sans personnages auxquels s'attacher, sans nouveauté artistique et visuelle, sans intérêt réel pour la progression de l'intrigue, ne reste que le discours Darwiniste, démagogue et lénifiant de Besson qui semble avant tout nous donner une leçon sur la nature humaine du haut de son piédestal plutôt que nous divertir par le biais d'un véritable bon film d'action.

Auteur :Chris Carlin

Tous nos contenus sur "Lucy" Toutes les critiques de "Chris Carlin"

ça peut vous interesser

Black Widow : Scarlett Johansson et son personnage

Rédaction

Jojo Rabbit : Riez avec Hitler

Rédaction

Concours Bluray : La Chute du Président

Rédaction