6 décembre 2019
Critiques

Lucy : La critique du film

En sortant de la projection de "Lucy" de Luc Besson deux questions se posent au spectateur, Pourquoi ce film ? Et qu'est-il arrivé au réalisateur du "Cinquième élément" ?

Le synopsis et la promotion laissaient croire au grand retour de Besson avec une héroïne forte, prête à sauver l'humanité à l'image de LeeLoo. Malheureusement, le résultat final est inintelligible. Les vingts premières minutes suivent un scénario plutôt cohérent, qu'il aurait été intéressant d'approfondir. Néanmoins, la scène de l'absorption du CPH4 par Lucy plonge le spectateur dans l'incompréhension. Pourquoi a-t-il cet effet sur elle alors que le junkie ayant « testé » la drogue quelques scènes auparavant n'a pas du tout eu les mêmes symptômes ? Par la suite, d'autres scènes rendent le film un peu plus impénétrable encore. Avec, par exemple, celle où l'héroïne se dissout dans un avion, où bien celle du déchargement d'armes du gang taïwanais sous le nez de la police française.

Si "Lucy" n'avait de problèmes que le scénario, Luc Besson aurait pu sauver sa peau. Toutefois, il y a également le montage... D'abord, des insertions de documentaire animalier pour insister lourdement sur un parallèle inutile, puis des cut à différents moments du film pour insister sur le pourcentage d'intensité des ressources de Scarlett Johansson. Et la voix-off ? Au début, elle peut encore être intelligible. Cependant, le punchline final qui se veut pseudo-moralisateur place définitivement Luc Besson du côté des réalisateurs se voulant « sauveurs de l'humanité ». Une chose est sûre, il ne sauvera pas le cinéma français sauf au box-office à moins que...

Question acteurs, les deux principales figures du film sont campées respectivement par Scarlett Johansson et Morgan Freeman. La réalisation de Luc Besson se focalisant sur Lucy, les différents personnages secondaires importent peu et il est difficile de se souvenir d'eux. A l'image du capitaine de police française qui n'a que peu d'intérêt dans le film puisque l'idée a priori intéressante qu'il représente le peu d'humanité qu'il reste à Lucy n'est pas assez exploitée. Quant aux scènes avec Morgan Freeman, elles servent surtout à expliquer aux spectateurs la théorie (erronée) de l'utilisation de seulement 10% de nos capacités intellectuelles.

En bref, "Lucy" nous a fait croire au retour de grand Luc Besson. Triple déception ! Besson n'est pas de retour, et au vu de ses derniers films, il se peut qu'il ne revienne jamais. Le montage laisse perplexe et le scénario avec cette image de renouveau de l'humanité par le biais de Lucy, « première femme » qui se transforme en un "Limitless" farfelu, avec une grosse dose de théorie de l'évolution et de sauvetage de l'humanité, est complètement stérile.
Auteur :Anouck Samyn
Tous nos contenus sur "Lucy" Toutes les critiques de "Anouck Samyn"

ça peut vous interesser

La Chute du président : 3 mauvaises raisons de voir le film

Rédaction

Anna de Luc Besson : avis de décès ?

Rédaction

Luc besson et Anna arrivent

Rédaction