23 février 2020
Critiques

Lukas : Van Damme est grand !

On retrouve Jean Claude Van Damme dans un film de Julien Leclercq, à qui l'on doit "L'Assaut" ou encore "Braqueurs". Nous sommes tous curieux de retrouver JCVD à l'affiche d'un nouveau film mis en avant. En effet, cela fait maintenant quelques années que notre « action hero » belge n'a pas proposé un film de grande envergure. On le voit plus régulièrement pour ses frasques sur les réseaux sociaux (plus de 17 millions de fans sur Facebook) que sur grand écran.


Une avant première pas comme les autres…

Après une heure d'attente pour rencontrer l'acteur bankable des années 90, ce dernier arrive dans l'un des plus grands cinémas de France et, malgré les années, les fans sont au rendez-vous. Une foule à l'image de la star est très heureuse de pouvoir rencontrer leur idole. Jean Claude Van Damme, reconnu pour son excentricité et sa générosité, ne va oublier aucun fan, il passe plus d'une heure à signer des autographes et prendre des selfies avec tout le monde. Sur ce point, on peut juste être admiratif. En effet, ce sont même les organisateurs qui lui demanderont d'accélérer le mouvement.

Peu de stars accordent autant de temps à leurs fans et encore moins jouent le jeu de l'humour, du fun et font le show comme JCVD. Et le timing dans tout ça ? « Le film était prévu à 20h45, il ne commencera pas avant 22h… »


Lukas, un film sous haute tension

Les avants premières sont toujours l'occasion d'apprendre des petites infos autour du film, des anecdotes et avec JCVD et Julien Leclercq nous avons été servi. En effet, nous avons eu le droit a quelques révélations… Nous avons appris que Jean Claude Van Damme a tourné l'une des principales scènes d'action avec le doigt cassé (8h de tournage). Nous avons également pu apprendre que, dans certains plans-séquences, Julien Leclercq n'utilisait qu'une seule caméra afin d'être le plus réaliste possible. A cette occasion JCVD complète son réalisateur « Quand vous avez deux trois caméras, vous avez de la graisse de plans séquences, vous pouvez ainsi couper, tailler pour optimiser la scène. Lorsque vous avez une seule caméra, il faut être concentré et le plus précis possible afin de faire retranscrire le sentiment le plus réel à la caméra. »

Autre infos importante et que l'on ressent parfois dans le film, c'est le temps de tournage. Ce dernier a été tourné en 6 semaines, ce qui est assez rapide pour ce type de film. C'est une vraie course contre la montre où Julien Leclercq n'a cessé de relever des défis (lieu de tournage à Bruxelles, des heures de tournage adaptée pour obtenir le meilleur jeu de lumière).

Une fois le show de l'acteur terminé, place au film…


Silence dans la salle, le film commence : 5, 4, 3, 2, 1…

Voilà le film commence et on peut tout de suite vous dire que l'ambiance est différente du show dont seul Jean Claude Van Damme a le secret. Vous êtes embarqués dans un univers sombre, ultra réaliste avec une musique assez lourde qui va vous tenir sous tension. Et première chose que l'on remarque c'est la « seule » caméra qui suit Van Damme arrivait dans le night club exactement comme il venait de nous le présenter quelques minutes auparavant. Ce style si particulier à Julien Leclercq, que l'on a pu voir dans ses précédents films, donne l'impression au spectateur d'être avec JCVD, de l'accompagner dans son quotidien difficile et de ressentir cette pression qui pèse sur ses épaules.

Pourquoi me diriez-vous ? Lukas, père de famille, videur dans un night club de Bruxelles. On voit qu'il a un passé assez compliqué qui pèse encore sur lui. Son objectif aujourd'hui est de s'occuper de sa fille, qui est dans une école catholique. Malheureusement des péripéties initiées par un client, et plus particulièrement un accident entre les deux protagonistes, va obliger Lukas à retrouver un emploi très rapidement. Sauf qu'une organisation de la police va profiter de Lukas pour obtenir des informations sur son nouveau patron (un mafieux Bruxellois).

Petit à petit, au cours du film, nous allons apprendre pourquoi notre personnage principal à l'air fatigué et triste. En parallèle, on lui découvre un côté plus humain plus profond auquel on a envie de s'attacher. Toutefois, on sait très bien que l'on partage que l'une des nombreuses difficultés qu'il a  dû rencontrer au cours de sa vie.


En conclusion, Lukas s'impose dans une filmographie déjà bien remplie

Le personnage de Lukas est très crédible grâce à l'investissement de Jean Claude Van Damme. Il nous a confié qu'il restait imprégné du personnage même hors caméra afin de renforcer le réalisme du film.

Pour conclure, on peut dire que ce nouveau film, après 34 ans de carrière, est une belle surprise et on peut de nouveau parler de Jean Claude Van Damme pour ses qualités d'acteur et non de showman. "Lukas" est uniquement une page sur la vie difficile de ce personnage (durée du film 1h23 min). De ce fait, on peut se poser la question si une suite peut être envisagée ? Avec Julien Leclercq il y a peu de chance, ce n'est pas un fan des trilogies. Il est plus adepte pour mettre en avant un moment, une histoire sur une courte période. Néanmoins, on peut imaginer d'autres collaborations entre les deux célébrités car "Lukas" marque leur première rencontre et on a remarqué une grande proximité doublé d'un grand respect mutuel.
Auteur :Maxime Cailleret
Tous nos contenus sur "Lukas" Toutes les critiques de "Maxime Cailleret"

ça peut vous interesser

Inséparables : Un film sur-mesure

Rédaction

Interview de Pierre Niney

Rédaction

Sauver ou périr : Au feu, les pompiers, la maison qui brûle…

Rédaction