Critiques

Mad Max 2 : Magistral !

Le prologue en noir et blanc de "Mad Max 2", illustré par la musique de Brian May résonnant comme un requiem, nous montre la décadence progressive du monde : la guerre entre les grandes puissances qui a épuisé les réserves de pétrole, la règne de l'anarchie, la montée de la violence ("l'homme commença à se nourrir de l'homme" commente le narrateur). L'or noir devient vital alors que l'argent a perdu toute sa valeur. S'ensuit un bref résumé qui nous rappelle le destin tragique de Max, le "guerrier de la route". Une descente vertigineuse de la caméra vers la route et nous voilà propulsés là où le précédent chapitre s'était achevé.

Ce second épisode chronologiquement situé trois ans après le premier, présente toutes les caractéristiques du western apocalyptique. On y retrouve en effet de nombreux éléments comme le fort assiégé (la raffinerie), les indiens iroquois ou mohawks (les motards au style punk) et la diligence (le camion-citerne). Max, lui est devenu une sorte de desperado futuriste qui vagabonde sur les terres désolées sans réel but dont le comportement (ironique et froid) évoque parfois celui de l'homme sans nom (Clint Eastwood dans la trilogie de Sergio Leone), agissant d'abord par intérêt puis par choix. On signalera également une course-poursuite finale d'anthologie entre un camion-citerne et quelques bolides ressemblant à des dragsters.

L'épilogue, quant à lui, laisse présager un avenir toujours aussi sombre pour Max : après avoir découvert la ruse contenue dans la citerne, il décide de continuer seul son chemin bien que cette épreuve lui ai fait retrouver un peu de dignité et sa foi en l'humanité. Plus rapide et plus barbare, ce nouvel opus s'inscrit dans la démarche du premier avec un rythme soutenu par les partitions tonitruantes de Brian May.

Après le tournage éprouvant du premier volet, George Miller ne souhaitait pas donner de suite. Au regard du succès commercial du précèdent, c'est la Warner Bros (distributeur international du film) qui le poussa à réaliser cette séquelle. Cette fois-ci, il bénéficia d'un budget plus confortable et le tourna aux Etats-Unis en 1981. Le scénario fut écrit par George Miller, Terry Hayes et Brian Hannant. Une fois de plus, "Mad Max 2" remporta le Grand Prix du 10ème Festival d'Avoriaz en 1982.

Auteur : Fabien Rousseau
Tous nos contenus sur "Mad Max 2" Toutes les critiques de "Fabien Rousseau"

ça peut vous interesser

Hommes au bord de la crise de nerfs

Rédaction

Les Animaux Fantastiques 3 : La magie ne prend plus

Rédaction

Permis de construire : Bienvenue chez les corses

Rédaction