23 octobre 2019
Critiques Focus Archives

Made in France : La critique du film

Suite aux tragiques attentats du 13 novembre 2015 à Paris, la vie culturelle Française subit un cataclysme sans précédent. Evénements et concerts annulés, films au cinéma repoussés ("Jane Got A Gun" avec Natalie Portman pour n'en citer qu'un). Ce fut également le cas de "Made in France", programmé initialement en novembre… Pour finalement sortir directement en VOD. La faute à un film tragiquement prophétique. L'histoire d'un journaliste qui, en panne d'inspiration, a la foireuse idée d'infiltrer une cellule djihadiste…

« Ca va se passer aux Champs-Elysées ». La claque. C'est fort, c'est sobre. C'est sur-audible. Les propos sont crus et savamment réfléchis, plausibles. On croirait entendre une histoire vraie, revoir les évènements macabres se rejouer là devant nous. On imagine, non sans peine, des hommes, femmes et enfants par centaines voire par milliers tenter vainement d'échapper à la mort. Clairement, la plaie est encore ouverte et le sang toujours aussi frais. Nicolas Boukhrief a pourtant réalisé le film avant ce sanglant vendredi 13. Même avant les attentats de Charlie Hebdo, c'est dire. Ses nombreuses recherches lui ont permis d'écrire l'avenir.

Car la force du scénario de "Made in France" est bien là. Ne pas proposer d'explications au public ou de piètre analyses psychologiques, afin d'éviter tout dressage du portrait « type » du terroriste. Nicolas Boukhrief nous livre sur un plateau trois jeunes aussi paumés les uns que les autres. Cela pourrait être votre frère, votre voisin, votre copain. Cela aurait pu être l'islam, la scientologie, ou même un club de tarots. Ils sont touchants (même François Civil qui en fait des caisses) et on espère dur comme fer, innocemment, qu'un samaritain sorti de nulle part va leur ouvrir les yeux. Il n'en sera rien. La fin, au sens littérale, est inéluctable.

Cette équipe de brebis égarées est menée d'un côté par l'excellentissime Dimitri Storoge. Profiteur, misogyne pour ne pas dire misanthrope, il brille dans l'art de mener toute âme égarée par le bout du nez. Ce n'est que plus impressionnant quand on comprend bien vite que son personnage parle à peine l'arabe. De l'autre, le rouquin Malik Zidi, tout en justesse et candeur. Le protagoniste ne représente que trop bien les apprentis journalistes confondant toujours soif de scoop avec intégrité pour ne pas dire sécurité. On s'éprend bien vite de cet écrivain en couverture, détenteur du sort de la plus belle ville du monde entre ses paluches bien malgré lui.

On n'avait pas ouvert le bec de stupeur comme ça depuis "Un Français". "Made in France" mérite d'être vu, sorti trop tôt ou non. Au-delà de l'habituel polar il s'agit presque là d'un documentaire, de la meilleure/pire des reconstitutions. A vos risques et périls. Mais parfois l'amour du risque est plus fort que tout.

Auteure :Melissa Chevreuil
Tous nos contenus sur "Made in France" Toutes les critiques de "Melissa Chevreuil"

ça peut vous interesser

Rencontrez l’équipe du film Play

Rédaction

Play : La critique du film

Rédaction

Trois jours et une vie : Rencontre avec Nicolas Boukhrief

Rédaction