30 octobre 2020
Archives Critiques

Mafia Blues : De Niro en thérapie

A l'image de sa participation à "Mafia Blues", Robert de Niro s'est fait une spécialité des rôles de mafioso. Son premier rôle de gangster, il l'obtient en 1973 dans "Mean Street" de son vieil ami Martin Scorsese. Peu à peu, sa "gueule" patibulaire et son sourire en coin l'imposent comme le bad guy type, son assurance dans son jeu l'amène tout naturellement à incarner des chefs maffioso et c'est ainsi que vont se suivre pêle-mêle "Le Parrain 2", "Les Affranchis", "Casino", ou plus récemment "Heat" de Michael Mann.

Après avoir tant excellé en maniaque de la gâchette, de Niro ressentait le besoin de s'auto-parodier, de casser son image de dur à cuire. Et il est clair, à la vision de "Mafia Blues", que le gamin de Little Italy a pris un plaisir immense à se moquer de lui-même. Il cabotine à outrance, il en fait trop parfois, mais on oublie vite l'exagération de ses frasques pour ne garder que le souvenir des gags irrésistiblement drôles qui parsèment le film.

Harold Ramis a pris soin, tout au long de son scénario, de respecter scrupuleusement les règles du film de gangsters, se payant même le luxe de reconstituer une séquence entière du "Parrain" de Coppola. Outre l'excellente interprétation de Robert de Niro, on peut également signaler la bonne performance de Billy Crystal en psychiatre de pacotille qui va se retrouver contre son gré à analyser l'un des plus grands parrains de New-York. Cet événement va bien entendu bouleverser son existence bien tranquille et symétrique et faire de lui un autre homme selon le schéma déjà longuement éprouvé dans le cinéma américain, du personnage qui se retrouve et s'affirme dans l'autre.

Un scénario brillamment écrit, des gags qui atteignent leur cible, "Mafia Blues", c'est finalement beaucoup plus qu'une simple parodie, c'est un hommage irrespectueux.
Auteur :Sébastien DenizartTous nos contenus sur "Mafia Blues" Toutes les critiques de "Sébastien Denizart"

ça peut vous interesser

Joker : Gagnez vos bluray !

Rédaction

Miss : Vous voterez pour elle !

Rédaction

SOS Fantômes : Who you gonna call ?

Rédaction