30 juillet 2021
Archives Critiques

Man on the Moon : Personnage fascinant

Le film "Man On The Moon" nous fait découvrir un bien curieux personnage. En effet, depuis tout petit, le jeune Andy Kaufman adore se donner en spectacle. Poussé par un démon qu'il ne parvient à contrôler, il se décide à monter sur les planches. Là, il est remarqué (dans une imitation d'Elvis) par le producteur George Shapiro qui le fait entrer à la télévision dans une sitcom. Andy accepte à la condition que l'artiste Tony Clifton y apparaisse régulièrement. Le problème, c'est qu'en plus d'être un inconnu, Tony Clifton est pour le moins irascible et coléreux. Adepte de la provocation tous azimuts et roi du canular, Andy Kaufman a été l'un des comiques les plus controversé des Etats-Unis. Comme il l'avait fait avec le personnage de Larry Flint, Milos Forman exhume cette célébrité américaine pour mettre en avant sa singularité au c·ur d'une société de plus en plus aseptisée et uniforme.

Avec Kaufman, il ne pouvait tomber mieux : habité par une étrange pulsion, ce poil à gratter de l'amérique puritaine passe son temps à dynamiter shows télévisés et autres spectacles avec l'aide de son complice et d'un culot sans pareil. Toujours plus ou moins abrité derrière ses personnages ses proches ont du mal à cerner le vrai Andy au-delà de la galerie de masques qu'il trimballe en permanence. Pour cet étrange clown, seule compte le rire, l'effet comique fût-il réservé à quelques rares initiés. D'émissions truquées en matches de catch (uniquement contre des femmes !!!), Kaufman construit sa légende en marquant les esprits. Mais toute médaille à son revers, tellement habitués à ses incessantes blagues, ses proches s'avéreront incrédules lorsqu'il leur déclarera souffrir d'un cancer.

Forman filme tout ce parcours de manière plutôt neutre en s'appuyant toutefois largement sur les nombreuses provocations de cet incessant bouffon. La reconstitution est solide, étayée par un scénario en béton des deux compères déjà à l'origine de Larry Flint. On rit beaucoup en découvrant les farces de ce clown à la fois dérisoire et génial rongé par son irrépressible envie d'amuser et de s'amuser. Le réalisateur nous fait, en effet, découvrir avec son habituel talent les sketches et les canulars de Kaufman, scrupuleusement reconstitués et interprétés avec une joie évidente par un Jim Carrey plus déjanté que jamais.

Loin des films de ses débuts, l'acteur confirme de belle manière le talent qu'on lui avait découvert dans "The Truman Show", talent que ses confrères américains continuent à lui nier en dépit de son récent Golden Globe du meilleur acteur dans la catégorie comédie. Adulé puis petit à petit délaissé voire méprisé par le public, Kaufman disparaîtra rongé par son cancer après un dernier spectacle en forme de chant du cygne qu'il aura voulu inoubliable et profondément humain. La légende raconte qu'il hante encore les planches des plus grandes scènes aux côtés de Chaplin ou des frères Marx.

Finalement, une jolie biographie que ce "Man On The Moon" sur un personnage fascinant.

Auteur :Guillaume BranquartTous nos contenus sur "Man on the Moon" Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Conjuring 3 : Un filon qui s’épuise

Rédaction

Papillon : Ode à la liberté

Rédaction

Tom et Jerry : Des aventures de luxe

Rédaction