14 décembre 2019
Critiques

Maps To The Stars : Critique n° 1

Deux ans après "Cosmopolis", David Cronenberg revient avec "Maps To The Stars", un film incestueux emmené par Robert Pattinson et Julianne Moore. Un film hollywoodien au cœur de la cité des anges pas si angéliques que ça chez Cronenberg. Présenté au festival de Cannes, en compétition officielle, David Cronenberg et son "Maps To The stars" offrent une plongée dans un hollywood loin des paillettes et du glamour présent sur la croisette. Une  Map to the stars dans le texte, c'est une carte sur laquelle les maisons des célébrités sont rassemblées.

Agatha (Mia Wasikowska), arrive à Los Angeles et devient l'assistante de Havana Segrand (Julianne Moore), femme mûre à la carrière déclinante qui ne se remet pas de l'inceste imposé par sa mère lorsqu'elle était enfant. Pour trouver un équilibre mental, Havana fait appel à un célèbre coach en développement personnel, Sanford Weiss (John Cussak), dont le fils, Benjie, est un enfant star.

Tous ces personnages ont un point commun : un poème de Paul Eluard, qui les obsède. "Maps To The Stars" propose s'articule autour des liens qui les connectent entre eux. Et bien sûr, comme c'est un film de Cronenberg, les personnages principaux sont mentalement instables. Arrogance et hallucinations sont au rendez-vous. Inceste et folie sont donc au menu de ce film qui se veut être une critique du cinéma Hollywoodien. Et de ce point de vue, il est vrai que le personnage de l'actrice sur le déclin, ou de l'enfant star arrogant, alimente un discours provocateur pour un réalisateur tel David Cronenberg.

Le cinéaste canadien propose un film maîtrisé, avec un sujet a priori intéressant, mais sans pour autant l'exploiter à fond, sans pour autant l'assumer. David Cronenberg est connu pour son univers particulier et ce n'est sans doute pas un hasard s'il s'attaque, ici, à Hollywood. Désormais, quand Cronenberg fait dans l'acidité, l'arrogance, la violence et ici l'inceste et la folie, le film ne va pas laisser le spectateur insensible.

Et c'est justement sur ce point que "Maps To The Stars" n'atteint pas son objectif. A plusieurs reprises, le canadien semble vouloir provoquer un certain malaise ou surprendre le spectateur et dans les deux cas, ça tombe à plat. Les thèmes abordés semblent propices aux malaises, aux réactions et pourtant tout est bien trop lisse. Au lieu d'assumer pleinement, il se contente de poser les constats suivants : Hollywood c'est pas cool, l'inceste ce n'est pas facile à vivre et la drogue c'est mal… Pas de quoi surprendre le spectateur dans des scènes bien souvent plus comiques que malsaines au final.

David Cronenberg continue de diviser avec ce long métrage. Il n'y a qu'à voir la distribution avec un Robert Pattinson en chauffeur de limousine qui semble là pour le clin d'œil sans apporter quelque chose de réellement pertinent au récit. Mais il y a aussi Julianne Moore dont l'interprétation est au centre de la critique hollywoodienne et c'est d'ailleurs le point de vue qui est le plus évident grâce à elle. Quant à Mia Wasikowska, elle représente le symptôme du film tant son talent semble en sommeil, non exploité. C'est justement son personnage qui est le moteur des thèmes de l'inceste et de la folie, alimentant les éléments qui ne fonctionnent pas.

Cela donne finalement un récit qui manque d'audace, et qui perd fortement de son intérêt et de son attractivité, d'autant plus quand la folie de David Cronenberg apparait rapidement comme bridée par la machine hollywoodienne qu'il s'applique à critiquer.

Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Maps To The Stars" Toutes les critiques de "François Bour"