Critiques

Marguerite : Elle chante en solitaire

Pitch absurde, film grandiose. "Marguerite", le nouveau Giannoli est un chef d'oeuvre ! Comme souvent chez Xavier Giannoli, les nuls sont magnifiques. Leur rédemption passe par une sorte d'aventure solitaire portée par le désespoir. François Cluzet construisant une autoroute ne menant nulle part ("A l'Origine"). Ici, Catherine Frot, artiste auto-proclamée. Elle sombre dans une folie latente pour avoir l'impression d'être une chanteuse. Marguerite c'est ça ! Une dame qui joue à être chanteuse et qui a les moyens de le faire.

"Marguerite" joue sur tous les registres, toutes les émotions. Drôle au début, lors du concert privé de la Castafiore, gênant ensuite lorsque l'on comprend les motivations de chacun à ne pas lui dire la vérité : affection pour certains, pitié pour d'autres, profit aussi... Autour de Marguerite, c'est toute une armée qui se déploie pour maintenir tant bien que mal son petit miroir aux alouettes, sous les yeux d'un mari à bout. Vrai grand personnage de ce film (prestation géniale, tout en retenue d'André Marcon), mu d'un amour sans bornes pour sa femme, résolument triste et fatigué de la voir se ridiculiser.

"Marguerite" fait la part belle à ses acteurs. Passons sur Catherine Frot (le rôle de sa vie ?). Tout le monde est juste, joue bien, ce qui fait de ce long-métrage un superbe film d'acteurs. Mention spéciale à Michel Fau, révélation du film dans son rôle de professeur de chant sur le déclin, théâtral et burlesque. La reconstitution des années 20 est minutieuse, la musique superbe. Il y a du boulot et ça se remarque. Il n'y a rien à ajouter de plus pour parler d'un film où tout est réussi. Si ce n'est d'aller le voir. Vite !

Auteur :Mickaël Vrignaud Tous nos contenus sur "Marguerite " Toutes les critiques de "Mickaël Vrignaud"

ça peut vous interesser

Varsovie 83 : Rouleur compresseur communiste

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 2 avril 2022

Rédaction

Une Mère : Pardon trop facile

Rédaction