18 juillet 2019
Critiques

Men in Black International : Une erreur de costume

Critique du film Men in Black : International

par François Bour

Les hommes en noir reviennent dans un quatrième volet qui fait office de spin off de la franchise. Exit donc Will Smith et Tommy Lee Jones, bonjour à Chris Hemsworth et Tessa Thompson. Outre le casting d’origine, ce nouvel opus perd, malheureusement beaucoup d’autres choses.

Voilà un retour que peu de monde attendait : Men in Black. Sept ans après Men in Black 3, vingt-deux ans après le premier film, les hommes en noir sont de retour dans une version « International ».

Deux décennies après leur première rencontre avec le public, les Men in Black n’ont, a vrai dire, jamais aussi mal portés leur noms. D’abord parce qu’en 2019, le premier rôle est un personnage féminin.

Tessa Thompson est sans doute la seule chose à retenir dans ces nouvelles aventures des hommes, et femmes donc, en costumes. L’actrice montante d’Hollywood est peut être la seule qui est véritablement concernée par son rôle. Il faut dire qu’à coté d’elle, ce n’est vraiment pas fameux.

Liam Neeson est d’une terrible platitude, sans doute ennuyé par un rôle trop tranquille, sans un extraterrestre à tuer. Quant à l’autre rôle masculin qui partage la tête d’affiche, le célèbre agent J aurait dit : "Tu sais la différence entre toi et moi ? C’est qu’avec moi, c’est la classe". Une classe dont est dépourvu le rôle incarné par celui plus connu pour être Thor plutôt qu’un bon acteur.

Au delà de ses personnages et de son casting, le gros problème de Men in Black International, c’est d’utiliser les éléments de la franchise sans rien en faire.

Un sentiment renforcé par le parcours de pré-production du long métrage. Un projet qui date de 2015, pensé comme un reboot, puis une suite et enfin un spin off. Tout cela avec un scénario qui n’a que très peu évolué.

Alors ce film est bien annoncé comme une production Amblin, avec Steven Spielberg et Barry Sonnenfeld, à l’origine des trois précédents films, à la production, ce nouveau long-métrage semble utiliser le fameux costume comme un déguisement. F. Gary Gray, son réalisateur, ne parvient pas à inviter le spectateur à « regarder les étoiles » pour voir l’extraordinaire au delà de l’ordinaire.

Le costume du cinéaste américain devait sans doute être trop grand ou mal taillé sans oublier qu’il a dû utiliser le neurolaser sur les scénaristes.

Au final, c’est à se demander pourquoi Spielberg et Sonnenfeld ont ressorti le costume de la vitrine dans laquelle il devait être soigneusement exposé.

ça peut vous interesser

Toy Story 4 : Le fabuleux destin des jouets

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 15 juin 2019

Rédaction

Men in Black 4 : Qui est Tessa Thompson ?

Rédaction