Archives Critiques

Mensonges et Trahisons : Quand boulot, amour et humour s’acoquinent…

Fort de sa double expérience scénaristique et journalistique, Laurent Tirard signe avec "Mensonges et Trahisons" une comédie enlevée et enthousiasmante ! Certes, on pourrait se dire « encore un film sur la crise existentielle de la trentaine », un sujet largement rebattu, mais il n'en est rien car Laurent Tirard n'est pas de ceux qui creusent le même sillon. Et c'est parce qu'il fait de vrais choix de mise en scène et qu'il adopte des partis-pris créatifs de construction scénaristique qu'il assume totalement que « Mensonges et trahisons » trouve une résonance personnelle. Laurent Tirard utilise des procédés scénaristiques non pas par pur plaisir mais en ayant toujours en point de mire de donner à son film un rythme alerte. Dès la scène d'ouverture, la voix-off de Raphaël, joué par un Edouard Baer irrésistible avec ses airs de chien battu à la Hugh Grant et ses moues désabusées, contient déjà toute l'auto-dérision dont sera teinté le film et pose les enjeux du personnage.

Biographe de stars d'un jour en quête de notoriété exhibitionniste, Raphaël a le singulier talent de transformer la vie tristement banale de ces people avides de gloire et formatés par la société en conte de fées. Caché derrière les histoires qu'il raconte pour ce pseudo-gratin de la société, il mène en quelque sorte une existence anonyme et passive, ce qui l'arrange bien en somme puisqu'il n'assume pas ce qu'il est : partagé entre la réalité et ses rêves, il mène une vie palliative. La voix-off de Raphaël qui commente les situations auxquelles il se retrouve confronté nous connecte en direct avec son intériorité et épingle sur le ton de l'humour ses frustrations et son « drame » intérieur.

Pour matérialiser le pouvoir singulier qu'a Raphaël de faire une histoire avec trois fois rien et l'imagination dont il nourrit ses fantasmes, Laurent Tirard n'a pas hésité à insérer des séquences moyen-âgeuses qui prennent le contre-pied de la réalité du film. Maîtrisant les ressorts de la comédie british, le réalisateur exploite intelligemment et malicieusement les situations qu'il nous propose. Et même si son récit est jalonné de péripéties aussi extraordinaires que fantaisistes (ah, la scène du sanglier !), celles-ci déclenchent le rire et ne versent jamais dans le ridicule, un risque pourtant majeur quand on pousse les choses à l'extrême.

Mais "Mensonges et Trahisons" ne ferait pas tant rire si les dialogues, mélange alchimique de cynisme, d'humour et d'émotion, ne faisaient pas mouche à tous les coups, soit parce qu'ils fusent de manière inattendue, soit parce qu'ils sont en total décalage avec la situation. Quant à la galerie de personnages haute-en-couleurs que le cinéaste nous offre, ils sont tous aussi savoureux les uns que les autres. S'il est drôle, Edouard Baer nous inspire également de la compassion dans son côté « vraiment pas-de-bol » ; son personnage est malmené par les hommes et par les femmes qui l'entourent et qui l'empêchent de se retrancher derrière les histoires qu'il raconte et qu'il se raconte.

Clovis Cornillac, qui trouve là un rôle lui permettant enfin de démontrer l'étendue de son registre, se surpasse pour nous faire croire à son personnage de génie du foot franc, primaire dans sa façon de penser et d'agir et imbu de lui-même. Par son talent de comédien sous-estimé jusqu'à présent, il nous fait rapidement oublier que son physique ne colle pas tout à fait à ce genre de personnage. Marie-Josée Croze, tout en charme et en spontanéité, joue Muriel, une jeune femme lucide sur elle-même, très ancrée dans la réalité des choses et qui ne triche pas avec la vérité. Et Alice Taglioni réussit à donner toute la beauté hautaine qu'exige son personnage d'executive-woman. Un beau quatuor d'acteurs au diapason dont les destins se croisent, s'imbriquent et s'unissent pour le meilleur et bien sûr pour le pire !!!… Car à force de se défiler, Raphaël finit par se fourrer dans un joli guêpier où sa vie professionnelle et sa vie sentimentale font vases communicants, l'obligeant à s'enfoncer davantage dans ses histoires ! Et pour le coup, c'est vraiment très drôle !

Jouant sur le comique de situation, rendant comique l'anodin, abordant les choses sérieuses sur un ton léger, donnant dans le décalé, Laurent Tirard ne se contente pas d'être créatif dans la forme. Car "Mensonges et Trahisons" est aussi un film sur la difficulté à faire un choix de vie (professionnel et sentimental) en adéquation avec ses aspirations profondes, sur les conséquences qu'engendrent les compromis qu'on fait tacitement avec la vie et sur les petits mensonges qu'on fait avec soi-même et qu'on finit par prendre pour des vérités.

Une comédie stylée et euphorisante où le rire coule de source !

Auteure :Nathalie Debavelaere
Tous nos contenus sur "Mensonges et Trahisons" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Le Discours : Hilarante mélancolie

Rédaction

L’aventure des Marguerite : Un conte familial qui voyage entre deux époques

Rédaction

La Bonne Epouse : Quand les femmes rendent leur tablier

Rédaction