19 janvier 2022
Critiques

Mes frères et moi : Doux et amer

Par Stanislas Claude

"Mes frères et moi" est l’adaptation d’une pièce de théâtre intitulée Pourquoi mes frères et moi on est parti…. Elle a été écrite par Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre. Le réalisateur, Yohan Manca, en fait son premier long-métrage après l’avoir montée et jouée à l’âge de 17 ans.

Si la pièce est constituée de 4 monologues par 4 membres d’une même fratrie, le réalisateur en fait le récit d’un jeune garçon de 14 ans. Voici Nour. Il est confronté à la maladie de sa mère, les difficultés du foyer et la rencontre avec l’art. Le film est touchant et émouvant. Parce qu'il est un beau moment de cinéma qui casse les clichés sur la jeunesse de banlieue.

La musique pour changer la vie

Le jeune Nour a vécu toute sa vie avec des airs d’Opéra. Des airs chantés par son père et admirés par sa mère. Ceux de la Traviata ou de Turandot accompagnent le cheminement du film pour des beaux moments d’émotion. Et quand Nour rencontre une prof qui voue son temps à transmettre l’art lyrique à des jeunes, il a beau hésiter, il sait qu’il a peut-être trouvé sa passion. Alors qu’il réalise des travaux d’intérêt général, l’attraction est irrépressible. Judith Chemla interprète Sarah. Elle est ce professeur plein de fougue et de passion. Sarah est bien décidée à prendre en main le jeune un peu perdu.

Yohan Manca a incorporé cette dimension musicale après avoir entendu Judith chanter La Traviata. Voilà de quoi lui donner un vrai coup de cœur. Mais aussi l'opportunité d'élargir encore un peu le spectre d’une histoire située dans une banlieue défavorisée pour la rendre universelle. A l'image du film "Billy Elliott" avec la danse. Le jeune Nour et ses 3 frères sont un parfait exemple de cette jeunesse métissée. Eux ont des origines italiennes et méditerranéennes. Pour bien montrer que la France est multiple, qu’on le veuille ou non.

En finir avec les stéréotypes

Le film a surtout le bon gout de casser les clichés. Car il développe des élans émotionnelles et même romanesques qui élèvent le sujet bien au-dessus de la perpétuelle banlieue dangereuse montrée dans les médias. La ville n’est d’ailleurs jamais vraiment située. Peut-être Sète ? Peut-être La Ciotat ? Les jeunes ont des rêves et de la volonté, par-delà la dureté du quotidien.

Pas d’angélisme non plus, les personnages passent parfois par la case trafic et prison. Les 3 frères de Nour ont cette chape de plomb d’une mère clouée au lit dans un coma profond. Chacun réagit à sa manière, avec sa sensibilité et ses excès parfois. L’acteur Sofian Khamme, lui, interprète le second frère de Nour, Mo, pour un rôle complexe et souvent drôle.

Le film a été présenté au Festival de Cannes 2021 dans la section Un Certain Regard. Et même localisée plutôt dans le sud de la France, les personnages n’ont pas beaucoup d’accent pour ne pas ancrer l’histoire dans un lieu trop reconnaissable. Ainsi apparaît-elle universelle.

"Mes frères et moi" est une belle histoire de frères qui tentent de faire face à une existence compliquée. Un film à découvrir absolument en salles pour un beau shoot d’émotion !

ça peut vous interesser

The Chef : Cauchemar en cuisine

Rédaction

Conférence : Le poids du souvenir

Rédaction

Nightmare Alley : Sinueux et retors

Rédaction