25 janvier 2022
Critiques

Mes Très Chers Enfants : C’est beau la famille !

Par Yann Vichery

Imaginez vos parents vous apprendre qu’ils ont gagné au loto ! Imaginez-vous alors rappliquant au domicile familial plus souvent qu’à l’accoutumé afin d’espérer bénéficier d’une partie du pactole. C’est l’idée saugrenue, il faut bien l'admettre, de "Mes Très Chers Enfants". L'histoire d’un couple de parents tentant de se rapprocher de leurs enfants. Ces derniers leur accordant de moins en moins de temps à leur rendre visite.

Alexandra Leclère réalise avec "Mes Très Chers Enfants" son 6ème film (après, entre autres, "Garde alternée" et "Maman") et s’attache a décrire un sujet assez universel. Parce qu'il s'agit ici de l’éloignement (à plus ou moins grande distance) des enfants et de leurs parents. Eloignement bien souvent non voulu, mais rendu banal par le côté « métro boulot dodo » de la vie de tout les jours. Ainsi, tout le monde ou presque se retrouvera dans le postulat de base décrit dans le film.

La réalisatrice met en scène dans "Mes Très Chers Enfants" la situation dans laquelle les enfants d’un couple de retraités seront absents lors des fêtes de Noël. C’en est trop pour les parents ! Ces derniers inventent le stratagème du loto pour passer leur colère face à leurs enfants si ingrats. Le film est traité sous le ton de la comédie à la française. Il faut reconnaître que le casting aide à passer un agréable moment sans prise de tête. Didier Bourdon et Josiane Balasko sont parfaits dans leurs rôles de parents. A la fois complémentaires et complices comme jamais. Leur facilité à l'écran est étonnante (tellement ils sont habitués à ce genre de rôle). Les enfants, Mary Lou Berry et Ben (transfuge de la chaine Comédie ! et du "Jamel Comedy Club") complètent le casting avec simplicité.

"Mes Très Chers Enfants" traite le sujet avec un ton qui lorgne du côté de la comédie franchouillarde. La facilité résidant dans le fait de se reposer sur ce solide casting. Les situations décrites tirent parfois sur des ficelles un peu grosses et faciles. Le film lorgne alors vers le burlesque et « l’exagéré ». Toutefois, globalement, ces situations arrivent à faire rire sans difficulté. Ceci dit, le côté excessif de certaines d'entre elles ne plaira peut-être pas à tous. Cependant, cela demeure assez finement brossé.

Finalement, "Mes Très Chers Enfants" ne renouvelle pas le genre. On reste dans le registre du déjà vu. Un regret. La sous-exploitation des seconds rôles qui auraient pu être plus développés (le patron de Ben dont ne ressort qu’une scène hilarante ou le compagnon de Marie Lou Berry qui n’apparait que trop peu). Cependant, ne boudons pas notre plaisir d’aller rire un peu en ces temps si difficiles...


Tous nos contenus sur "Mes Très Chers Enfants"


Toutes les critiques de "Yann Vichery"

ça peut vous interesser

La Tour Infernale : Piège de Cristal

Rédaction

Jean-Jacques Beineix : Cinéaste culte

Rédaction

Qu’est-ce qu’on a tous fait au bon dieu ?

Rédaction