5 décembre 2021
Archives Critiques

Meurs un autre jour : Bond pour le service

Voilà déjà quelques films que les producteurs des aventures du célèbre espion anglais ont épuisé les romans de son créateur Ian Fleming. Ils sont désormais obligés de faire appel à des scénaristes pour continuer à faire vivre le lucratif héros. Tel est encore le cas avec "Meurs un autre jour".

Vingtième épisode des aventures acrobatiques, internationales et jamais reposantes de James Bond, "Meurs un autre jour" (de Lee Tamahori) en marque également le quarantième anniversaire. Depuis que Sean Connery s'est promené sur une plage avec un jean retroussé aux côtés d'Ursula Andress, les aventures bondiennes ont défilé. Un double anniversaire qui justifie les nombreux clins d'oeil qui parsèment le film. Ainsi, les aficionados pourront s'amuser à les repérer, depuis les gadgets jusqu'aux vêtements ou aux symboles.

Sans sacrifier à la tradition, "Meurs un autre jour" s'ouvre donc par une séquence pré-générique très bien ficelée. Un véritable morceau de bravoure prélude à beaucoup d'autres. Puis, l'idée de mettre le personnage de Bond, d'ordinaire si à l'aise dans son milieu, dans une situation plus inconfortable pour lui ne manque pas d'attraits. Cependant, cette carte là-passe trop vite à la trappe. A l'image de la plupart des idées de ce nouveau 007 qui disparaissent aussi vite qu'elle sont mises en avant.

Tel est le principal défaut de cette vingtième aventure qui, a force de vouloir jouer sur trop de tableaux, en oublie les finitions principales. Certes, les rebondissements ne manquent pas. Ne sont pas absents en plus les super vilains (plus ou moins originaux) à affronter. Ni les gadgets époustouflants à utiliser en toutes situations. Toutefois, la surenchère dans le surprenant et le trépidant finit par lasser. Parfois tout cela confine au grotesque.

Plutôt bien réalisé par Lee Tamahori, "Meurs un autre jour" offre donc sont lot de divertissements explosifs et de jolie femmes (Halle Berry ou Rosamund Pike, au choix). Néanmoins, il manque parfois de suivi dans la construction de son récit. "Qu'importe !" semble clamer le scénario, tant qu'il y a de l'action, on se passe des explications. C'est un choix respectable. Pourtant cela contribue à éloigner davantage encore le personnage des standards "bondiens" de ses débuts. Dans les premiers 007, il y avait plus de discussions et moins d'affrontements à répétition. Ceci dit, ne boudons toutefois notre plaisir : "Meurs un autre jour" est un bon film d'action dont la seule particularité est d'avoir pour héros un personnage nommé James Bond.

Auteur : Guillaume Branquart

Tous nos contenus sur "Meurs un autre jour " Toutes les critiques de "Guillaume Branquart"

ça peut vous interesser

Moonfall : Elle tombe en février !

Rédaction

James Bond prépare son retour

Rédaction

I Care A Lot : Une comédie sombre réussie

Rédaction