20 novembre 2019
Critiques

Midway : Bataille navale de Roland Emmerich

Critique du film Midway

par François Bour

Le nouveau Roland Emmerich est arrivé. Le réalisateur allemand met en scène l’un des épisodes de la guerre du Pacifique dans son film intitulé "Midway". Un film qui n’avait comme seule ambition de montrer la bataille comme elle s’est déroulée.

Un film de guerre signé Roland Emmerich, cinéaste spécialisé dans les films à grand spectacle, c’est une belle promesse pour les amateurs du genre. Dans "Midway", il y a bien des bombardements, des bateaux qui coulent, des batailles aériennes et sur ce point, le plus américain des cinéastes allemands de son époque propose quelque chose de propre. Il faut dire que le monsieur n’est pas un débutant en matière de spectacle.

Les intentions du réalisateur sont annoncées au départ dans le film en une petite phrase annonçant que le film s’intéressent aux événements menant à la bataille de Midway. Autrement dit, la fameuse bataille sera le bouquet final du spectacle. Patience, patience. « Nous voulions simplement raconter les six mois qui séparent l'entrée en guerre américaine avec Pearl Harbour et la bataille de Midway, qui fut un revirement total dans l'histoire militaire », a confié le réalisateur lors d’une récente interview. Si "Midway" est une fidèle retranscription de ces événements décisifs, alors la mise en scène rend ces événements ennuyeux. Si les dernières minutes du film vous démontrent bien que les principaux protagonistes du scénario ont bel et bien existé, ce n’est pas la véracité d’un récit qui en fait un bon film.

photo-midway
Roland Emmerich prend la pose sur le tournage de Midway
Les amateurs de films de guerre savent bien que dans un film de ce genre, les grandes scènes de bataille ne suffisent pas et c’est bien souvent ce qu’il y a avant et après ces scènes qui font tout l’intérêt d’un film de guerre. En particulier, les destins de ces simples soldats qui deviennent des héros presque malgré eux. C’est là tout ce qui manque à "Midway". Malgré une belle poignée de personnages, aucun d’entre eux permet au spectateur de s’imprégner du vécu de ces soldats. Aucun destin incarne véritablement les événements du long métrage.

"Midway" est un film de guerre sans émotions, dont les quelques passages héroïques paraissent futiles. A l’exemple du personnage incarné par Nick Jonas, la star américaine de la pop music pour ado. Dans la peau d’un mécanicien, ce dernier a, sans doute, négocié ses apparitions à l’écran et son personnage a, justement, le droit à l’un de ses moments héroïques. Il est aussi un exemple de ses personnages dispensables dont le seul intérêt pour le spectateur est de chercher dans quel autre film ou quelle série il est apparut. Il faut bien s’occuper en attendant le bouquet final.


Sur un film de plus de deux heures, il faut attendre 80 minutes pour que la bataille de Midway commence. Et même si l’attaque de Pearl Harbor faisait office d’entrée, le plat principal arrive tardivement. Si dans la transposition de celle ci à l’écran il faut reconnaître une qualité certaine, cela n’a rien de surprenant. Roland Emmerich a un savoir faire en matière de mise en scène avec effets spéciaux. Sa filmographie le prouve. Mais c’est justement en se remémorant cette dernière que les défauts de "Midway" paraissent flagrants. Car ce long-métrage ne propose pas la dramaturgie qui accompagne, le plus souvent, les personnages des films de Emmerich. Ceux du "The Patriot", autre film historique, ou des films à grand spectacle comme "Le jour d’après" ou "2012".

Un film de guerre dont le destin des héros passe à l’écran dans l’indifférence générale entre quelques belles scènes de guerre, c’est loin d’être suffisant pour proposer autre chose qu’un simple film à grand spectacle.



Tous nos contenus sur "Midway" Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

Le Mans 66 : Des voitures et des hommes

Rédaction

Midway : Touché coulé

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 09 Novembre 2019

Rédaction