18 novembre 2019
Critiques

Mommy : Un grand Dolan !

Xavier Dolan écrase tout sur son passage. Dans "Mommy", film aussi référencé que véritablement populaire et qui restera probablement gravé dans les mémoires, du moins dans la mienne, comme étant véritablement le plus grand film de cette année 2014.

Steve (Antoine Pilon, formidable) est un jeune délinquant placé en foyer. A l'issue d'un énième accès de violence, Steve met le feu à l'un de ses camarades qui finit à l'hôpital. Le foyer, pessimiste quant à son avenir, décide de le rendre à sa mère. Ce sera le début d'un long apprentissage de la vie pour Steve, sur fond de karaoké variétoche, de colliers de nouilles et de course en caddie façon Mario Kart.

Ce qui détonne, ce qui fait la magie de ce film, c'est cet amour entre une mère et son fils, qui inonde, que dis-je, qui suinte, de chaque centimètre de cet écran étriqué au format carré. Steve est prêt à tuer pour sa mère, même à la tuer elle-même.

Steve est un monstre doté d'un amour maternel inébranlable, un Jason Vorhees en survêtement adidas. Il est le sale gosse que l'on aime bien, sa gueule d'ange, son sourire poupon (il a dix-sept ans) contraste avec ses accès de folie monumentaux. Personnage complexe, il est et reste un enfant, capable de chanter « Vivo per lei » à sa maman puis de massacrer à coups de tesson de bouteille ceux qui ne le laissent pas finir sa chanson.

Un mot sur Anne Fontaine : elle est formidable en duduche bling-bling de supermarché, son courage n'a d'égal que l'amour sans borne qu'elle porte à son rejeton. Subissant sa violence comme si elle faisait partie intégrante de son fils. Elle l'aime comme ça.

Dans "Mommy", chaque scène est une scène choc. La douleur de Steve est universelle. On a tous fait des colliers de nouilles, on a tous imploré nos mères, un jour ou l'autre. Dolan n'a jamais été aussi grand public. Et le grand public l'en remercie !

Auteur :Mickaël Vrignaud


Les avis de nos lecteurs :
"Après avoir été surprise par le format de l'image, j'ai été prise dans le feu de l'action. Un film coup de poing, coup de coeur pour moi. Pourtant, en général, j'ai du mal avec les films où un jeune homme "difficile", un peu délinquant est présenté comme sympathique. La mère est formidable ! Un peu dépassée mais qui ne le serait pas avec un tel enfant ? Beau personnage aussi que celui de la voisine, Kyla, pour laquelle on ne saura jamais ce qui s'est passé dans son histoire personnelle avant la rencontre avec Steeve et Diane. "Mommy" et "Geronimo" sont les 2 films, parmi ceux (très nombreux!) vus ces dernières semaines, et qui m'ont le plus marquée."

Monique Debarbieux (59100 Roubaix)


"Le réalisateur et les acteurs sont sympathiques. Il est dommage que la présentation ait lieu avant le visionnage du film, ce qui restreint les questions et les réponses. Je ne savais pas à quoi je m'attendais quand je suis allé voir le film. J'ai été surpris en bien, le film se déroule un peu à la manière d'un documentaire. Le format,  un peu particulier nous enferme dans un univers restrictif, au rythme de l'esprit tourmenté de Steve. On se plonge rapidement dans cette univers plein d'émotions et d'amour. Bouleversant ! Je le conseille à tous".
 
Gilles Bruynooghe (59130 Lambersart)


"Je ne connaissais pas les oeuvres précédentes du réalisateur, j'ai donc visionné ce film sans aucun à priori ou attentes particulières. Mais je dois avouer que "Mommy" a vraiment été une des révélations de cette année. Les acteurs sont vraiment justes dans leur interprétation et l'on peut ressentir la complexité des sentiments des rapports mère-enfant passionnels et fusionnels. Au delà de cette histoire le troisième personnage (la nouvelle voisine), énigmatique, attachant, avec ses failles donne un nouveau souffle à cette relation mère-fils. La réalisation, le choix du cadre 35 mm et la bande son donnent une vraie énergie et une intimité à cette histoire sans tomber dans le pathos. Une vraie démonstration d'intensité des sentiments tant dans la brutalité, l'amour, la joie, l'incompréhension, l'impuissance, l'espoir. On rit, on sourit, on s'inquiète. De plus, il y a vraiment une magnifique scène de bonheur partagé, la balade en vélo, qui m'a vraiment emplie de bonheur également. Un moment de grâce. De ces moments parfois courts, mais qui font oublier tous les moments difficiles et malheureux. Au delà de ça, la présentation du réalisateur et des acteurs avant le film a été très agréable et Xavier Dolan n'a pas manqué d'évoquer une jolie petite anecdote sur une précédente venue sur Lille qui a évidemment fait mouche. Bref, trois personnes qui semblaient facile d'accès, sans langue de bois, avec une réelle complicité. C'était donc une soirée vraiment très agréable, surprenante et je n'ai pas manqué d'en faire la promo autour de moi."

Cécile Banzet (59000 Lille)


Tous nos contenus sur "Mommy" Toutes les critiques de "Mickaël Vrignaud"

ça peut vous interesser

Matthias et Maxime : Dolanien mais moins

Rédaction

Matthias & Maxime : L’amour ou l’amitié ?

Rédaction

Matthias et Maxime : Un Xavier Dolan mineur ou majeur ?

Rédaction