Critiques

Mommy : Un grand Dolan !

Xavier Dolan écrase tout sur son passage. Dans "Mommy", film aussi référencé que véritablement populaire et qui restera probablement gravé dans les mémoires, du moins dans la mienne, comme étant véritablement le plus grand film de cette année 2014. Dans le film "Mommy" (distribué par Diaphana), Steve (Antoine Pilon, formidable) est un jeune délinquant placé en foyer. A l'issue d'un énième accès de violence, Steve met le feu à l'un de ses camarades qui finit à l'hôpital. Le foyer, pessimiste quant à son avenir, décide de le rendre à sa mère. Ce sera le début d'un long apprentissage de la vie pour Steve, sur fond de karaoké variétoche, de colliers de nouilles et de course en caddie façon Mario Kart.

Ce qui détonne, ce qui fait la magie de ce film, c'est cet amour entre une mère et son fils, qui inonde, que dis-je, qui suinte, de chaque centimètre de cet écran étriqué au format carré. Steve est prêt à tuer pour sa mère, même à la tuer elle-même. Steve est un monstre doté d'un amour maternel inébranlable, un Jason Vorhees en survêtement adidas. Il est le sale gosse que l'on aime bien, sa gueule d'ange, son sourire poupon (il a dix-sept ans) contraste avec ses accès de folie monumentaux. Personnage complexe, il est et reste un enfant, capable de chanter « Vivo per lei » à sa maman puis de massacrer à coups de tesson de bouteille ceux qui ne le laissent pas finir sa chanson. Un mot sur Anne Fontaine dans "Mommy" : elle est formidable en duduche bling-bling de supermarché, son courage n'a d'égal que l'amour sans borne qu'elle porte à son rejeton. Subissant sa violence comme si elle faisait partie intégrante de son fils. Elle l'aime comme ça.

Dans "Mommy", chaque scène est une scène choc. La douleur de Steve est universelle. On a tous fait des colliers de nouilles, on a tous imploré nos mères, un jour ou l'autre. Dolan n'a jamais été aussi grand public. Et le grand public l'en remercie !

Auteur :Mickaël Vrignaud Tous nos contenus sur "Mommy" Toutes les critiques de "Mickaël Vrignaud"

ça peut vous interesser

Robuste : Dans l’intimité de Depardieu

Rédaction

Un autre monde : Le capitalisme n’épargne personne

Rédaction

Un Autre Monde : Entreprise, ton univers impitoyable

Rédaction