Critiques

Mon Bébé : Parent, mode d’emploi

La critique du film Mon Bébé

Par Auxence Magerand

Évacuons tout de suite le quiproquo : "Mon Bébé" ne parle pas littéralement de nouveau-nés, comme pouvait le faire "Pupille" de Jeanne Herry.

Dans "Mon Bébé", Héloïse (Sandrine Kiberlain) est mère célibataire de trois enfants. Sa cadette Jade (Thaïs Alessandrin) s'apprête à quitter le cocon familial pour suivre des études supérieures au Canada. Effrayée par l'idée de se retrouver seule, Héloïse entreprend alors de filmer leurs moments intimes.

Plus de dix ans après "LOL" (Laughing Out Loud), Lisa Azuelos revient à la comédie avec une vigueur salutaire. La teinte autofictionelle est aujourd'hui plus claire, puisque Azuelos met en scène sa propre fille dans le rôle de Jade.

On aurait d'ailleurs pu craindre une pâle copie de "LOL" par opportunisme ou facilité. Toutefois, "Mon Bébé" est bien une variation autonome sur le même thème des relations mère-fille. Si "LOL" se focalisait surtout sur l'adolescente, "Mon Bébé" choisit l'angle de la mère.

film-mon-bebe
Lisa Azuelos parvient à actualiser son sujet sans tomber pour autant dans la vision ringarde des millenials, en évoquant même des questionnements générationnels comme le polyamour.

Sandrine Kiberlain, en mère branchée et truculente, brille par sa joie de vivre et sa mauvaise foi puérile. La comédienne prouve ainsi, une fois de plus, son talent pour transformer chaque dialogue en trait jouissif. C'est elle la véritable force du film, auquel elle apporte une fraîcheur singulière.

On peut toutefois reprocher au film quelques scènes inutilement mièvres, notamment les flashbacks tout au long de "Mon Bébé" sur l'enfance de Jade qui se vident peu à peu de leurs effets et finissent par agacer. Par ailleurs, les plans d'introduction semblent avoir été ajoutés à la hâte pour vaguement lier le contenu du film à son titre.

Si "Mon Bébé" reste un feel-good movie au schéma narratif balisé, Lisa Azuelos maîtrise le sujet de la maternité, et le témoigne par ce long-métrage solaire et pétillant.

Tous nos contenus sur "Mon Bébé"
Toutes les critiques de "Auxence Magerand"

ça peut vous interesser

Carnets de Cannes n°6 : Travailleuses du sexe

Rédaction

Carnets de Cannes n°5 : Rouge rutilant, bleu minéral

Rédaction

Carnets de Cannes n°4 : Chroniques britanniques

Rédaction