16 octobre 2021
Critiques

Mon Légionnaire : La patience est le maître-mot

Par Marine Fersing


Même s’il n’y a plus de guerres sur notre territoire, la France continue de mobiliser des soldats dans plusieurs régions du monde. Ces femmes et hommes de l’armée française sont donc obligés de quitter notre pays pour plusieurs mois afin d’effectuer à bien leur mission. C’est ce dur quotidien que filme Rachel Lang dans son dernier long-métrage : "Mon légionnaire".


Maxime (Louis Garrel) est affecté à un nouveau poste dans la légion étrangère en Corse. Céline (Camille Cottin), sa femme, et son fils le suivent dans cette nouvelle vie. En parallèle de ce premier couple, un second évolue sous nos yeux. Nika et Vlad sont fiancés. Ils vont devoir apprendre à composer avec cette vie contraignante.

Le projet de "Mon Légionnaire" est extrêmement intéressant et novateur : montrer quelles sont les conséquences du métier de militaire sur la vie familiale. Ainsi, l’intrigue se construit autour des différentes missions et entraînements de Maxime et Vlad. Entre deux, nous les retrouvons dans un cadre plus privé. Lors de ces moments de pause, des tensions se font sentir entre eux et leurs compagnes respectives.

L’absence de celles qui restent

Comme promis par la bande-annonce de "Mon Légionnaire", le public peut s’attendre à trouver la question du couple et de la famille au cœur du film. Du point de vue scénaristique, c’est le cas. Toutefois, il faut être patient pour que le sujet soit clairement traité. Dans la première partie, une grande place est accordée aux missions des soldats. Ces dernières laissant ainsi les femmes de côté. Il y a de belles scènes sur le manque affectif créé par l’absence du mari et du père. Pourtant, elles n'occupent pas vraiment une place centrale.

critique-mon-legionnaire3
Camille Cottin - Copyright ML/Cheval deux trois/Wrong Men - Bac Films

Celle durant laquelle le fils de Maxime et Céline calcule le nombre de paquets de céréales qu’il va manger avant le retour de son père est touchante. Cependant, cet axe scénaristique apparaît comme sous-exploité. Si vous comptiez aller voir "Mon Légionnaire" pour avoir le point de vue des femmes et des enfants sur cette dure vie, il faudra être patient. Si vous aimez les scènes de missions militaires, le film vous satisfera pleinement.

Toutefois, il faut être capable de comprendre certains codes et usages de ce milieu pour pouvoir suivre l’ensemble des conversations entre Maxime et ses coéquipiers. Peu importe votre préférence, vous serez impressionnés par le jeu des acteurs. Les deux duos (composés par Louis Garrel / Camille Cottin et par  Alexander Kuznetsov / Ina Marija Bartaité) fonctionnent très bien. Maxime se retenant de pleurer après le décès de l’un de ses hommes... Voilà une scène particulièrement poignante.

Une touche d’émotion

La réalisation de "Mon Légionnaire" reste tout de même bien menée. Rachel Lang nous offre de très belles images. Les plans larges de l'Île de Beauté sont somptueux. Les gros plans sur les visages des militaires, durant un exercice, mettent en lumière le courage dont ils font preuve. Le montage permet également dans ce film de procurer de l’émotion aux spectateurs. Le cut entre l’exercice (durant lequel un homme est décédé) et la scène où Maxime est assis silencieusement au milieu du bureau d’un collègue est saisissant.

Plaisant pour le regard, "Mon Légionnaire" risque néanmoins de créer de la frustration chez les spectateurs. Surtout si ces derniers s’attendent à ce que le thème du couple soit traité en profondeur et de manière centrale.


Tous nos contenus sur "Mon Légionnaire"

ça peut vous interesser

Mon Légionnaire : Concours national

Rédaction

Mon légionnaire : Tous les papas s’en vont

Rédaction

Illusions Perdues : Un triomphe balzacien

Rédaction