22 juillet 2019
Archives Critiques

Monstres & Cie : N’ayez pas peur de vous faire plaisir !

"Monstres & Cie" est sorti sur les écrans ! Enfin !

C'est bien connu, les monstres ont peur des enfants, race réputée dangereuse et ô combien contagieuse. Aussi, pour récupérer les cris nocturnes des enfants qui constituent l'énergie nécessaire à l'alimentation de Monstropolis, les employés de la "Monstres & Cie" se motivent grâce au slogan « N'ayons pas peur de faire peur ».

Pénétrant dans l'univers des Humains par la fameuse porte du placard, les monstres peuvent ainsi sans peine effrayer nos chères têtes blondes. Les recordmen de la terreur sont les sympathiques Robert Razowski et Jacques Sullivent, un œil sur pattes vert et un grand nounours bleu tendance yéti.

Et tout irait pour le mieux pour cette fine équipe si un jour, une fillette nommée Bouh ne passait de l'autre côté de la porte, créant une véritable psychose dans le monde parano et si fragile des monstres…

Une fois de plus, le studio Pixar a fait mouche et a fait mon(s)tre de son extraordinaire talent à nous faire passer de l'autre côté de la Porte magique de l'imaginaire, dans ce « monde à l'envers » où l'absurde et l'impensable rejoignent nos espoirs et nos peurs enfantines.

Qui n'a jamais pensé que les jouets étaient bien vivants, qui n'a jamais craint les apparitions nocturnes de terribles créatures tapies au dessous du lit ou dans le placard ? Ce qui est formidable chez cette équipe, c'est de vous emporter dans des histoires à la fois proches, universelles et à la fois hors du commun.

Et toujours dans un torrent d'inventivité et de rires si récréatifs, comme l'a démontré le succès des deux "Toy Story". La patte (ou plutôt "Les 1001 Pattes") des animateurs et scénaristes se fait évidemment sentir. Si les premiers bénéficient constamment de nouvelles technologies, faisant profiter le spectateur d'images toujours plus perfectionnées, il faut avouer que les seconds se sont légèrement essoufflés par rapport aux productions précédentes.

Moins mordant et acide que les "Toy Story" par exemple (mais peut-on faire mieux ?), "Monstres & Cie" délaisse quelque peu la satire (avec quand même quelques piques sur la World Company) pour un film plus tourné vers le pur divertissement et le rêve.  

Il n'empêche, "Monstres & Cie" est truffé de gags, de clins d'œil (les monstres ne font plus recette dans une époque où les bambins sont blasés par la violence) et surtout de charmantes perspectives : l'idée que la peur, mais encore mieux le rire, bref, les émotions puissent servir d'énergie principale à une société entière est révélateur de l'esprit Pixar ; entre utopie et bouillonnement novateur, ces faiseurs de rêves ouvrent de nouveaux horizons.

A ce titre, la porte, symbole de l'imaginaire par excellence utilisé dès le générique, offre une scène virtuose qui en laissera bouche bée plus d'un. Petits ou grands, « n'ayez pas peur de vous faire plaisir » !

Auteur :Alessandro Di Giuseppe
Tous nos contenus sur "Monstres et Cie" Toutes les critiques de "Alessandro Di Giuseppe"

ça peut vous interesser

Le Roi Lion : Un sacrifice sur l’autel du réalisme

Rédaction

Le Roi Lion : Le cercle du vide

Rédaction

Les concours de l’été : Souvenirs de Marnie

Rédaction