28 octobre 2021
Critiques

Nocturama : Le cinéma français n’est pas mort !

Si "Nocturama" (distribué par Ad Vitam), le nouveau Bertrand Bonello, peut susciter une certaine appréhension étant donné le sujet, en réalité il s'agit d'un très bon film qui a malheureusement été pris de court par les récents et tragiques évènements. Le propos est, en effet, effrayant à la lecture du synopsis : une bande de jeunes venue de tout les horizons décide de se réunir pour commettre des attentats simultanés dans Paris. Le souvenir de novembre 2015 ne peut que resurgir… Les questions que nous nous posons alors sont : « Avons-nous vraiment envie de revivre cela ? » « Est-ce que ce film n'appuierait les propos selon lesquels la jeunesse est responsable du terrorisme ? ». Toutes ces questions peuvent en effet nous faire hésiter à entrer en salle... Cependant, je me dois de vous conseiller de chasser toutes ces mauvaises pensées de votre esprit et de faire confiance au réalisateur qui nous a prouvé plus d'une fois de quoi il était capable. Car, bien avant d'être un film sur le terrorisme, "Nocturama" est un film sur la jeunesse. Nous avons eu l'occasion de rencontrer Bertrand Bonello à l'occasion de l'avant-première de son film à Lille (fin août 2016) et il nous l'a bien dit : il n'existe aucun lien entre son film et les évènements de novembre 2015, il ne s'agit que d'une pure et (très) malheureuse coïncidence. Il appuie d'ailleurs son propos en justifiant le changement de titre de son film, avant nommé "Paris est une fête", en raison du fait que le roman du même nom ait été pris comme sorte de symbole suite aux attentats.

"Nocturama" est, en réalité, une oeuvre très prenante où on retrouve la qualité visuelle de Bonello qui s'immisce ici dans un décor contemporain. Comme il nous l'avoue, ce n'est cette pas dans ses habitudes et la tâche s'est avérée bizarrement plus difficile pour lui que les tournages de films d'époque. Mais il a su relever le défi avec succès ! "Nocturama" s'avère être une très belle oeuvre cinématographique qui surprend par l'originalité de sa forme. Malgré son décor réaliste, "Nocturama" semble être un film hors du temps. Sa temporalité est constamment mise à l'épreuve par un montage qui déstructure et restructure le cours de l'histoire nous apportant ainsi un nouveau regard sur les évènements et rend compte de leur simultanéité. Selon ses mots « plus la nuit avance, plus le temps se diffracte », « et "Nocturama" est un appel à la fantasmagorie ».


"Nocturama" est un véritable acte de cinéma et il doit être pris comme tel, et non être détourné à des fins politiques.  N'ayez pas non plus peur de la potentielle violence des images car elle est brève et assez peu présente en comparaison de celles qui nous montrent la paradoxale innocence des personnages. D'ailleurs, la aussi on peut applaudir bien fort le casting, qui est pourtant très peu expérimenté, car leur performance permet une parfaite insertion  dans le film. Leur naïveté, leur utopie est flagrant et les rend attachants malgré leurs actes désespérés. Au plus la nuit avance, au plus ils sont paradoxalement humanisés (j'emploie le terme « paradoxal » en raison des images où les enfants se retrouvent face à des mannequins sans visages « à leur image »).

"Nocturama" se termine en beauté : la séquence finale est à couper le souffle. Tout le film, nous appréhendons ce moment fatidique : l'arrestation brutale des dits terroristes. Cette séquence est un parfait exemple pour répondre à la fameuse problématique de la violence au cinéma : Comment filmer la violence ? N'est-ce pas immoral de considérer comme « belle » certaines images cinématographiques représentant la violence ? Car, oui, cette séquence, malgré l'angoisse qu'elle nous procure, est absolument superbe et à elle seule nous fait regretter l'absence de "Nocturama" à Cannes… Certes, "Nocturama" est un film osé. Mais c'est une raison de plus pour courir le voir en salle ! Les oeuvres cinématographiques de ce genre ne se font que trop discrètes, et "Nocturama" est une belle preuve que non, le cinéma français n'est pas mort.

Auteure :Chloé Destombes
Tous nos contenus sur "Nocturama" Toutes les critiques de "Chloé Destombes"

ça peut vous interesser

Trop d’amour : Un numéro d’équilibriste dingue

Rédaction

Rouge : Des places à gagner pour la sortie nationale

Rédaction

Rouge : La voix est une arme

Rédaction