Critiques

Nous finirons ensemble : Pari tenu !

Critique du film Nous finirons ensemble

par Clémence Leroy

8 ans après le premier volet, les voilà de retour et beaucoup de choses ont changé. Les enfants ont grandi, chacun a vieilli, des couples se sont défaits et d’autres se sont faits. Et, surtout, l’amitié de nos joyeux lurons a été mise à rude épreuve suite à la mort de Ludo.

L’histoire commence dans la villa de vacances où la bande de copain programme une surprise pour l’anniversaire de Max, après trois ans de silence. Mais voilà, rien ne se passe vraiment comme prévu car… Max ne va pas bien… du tout !

En pleine dégringolade dans sa vie personnelle, on retrouve son stress légendaire et son obsession de l’argent. Max, le mentor considéré comme le grand frère de tous, le propriétaire qui rassemble tous ses potes dans cette fameuse villa est dans ce second volet placé au cœur de l’histoire.

On découvre de nouveaux personnages : deux nouveaux compagnons et un voisin. Vous vous en doutez, parmi eux nous retrouvons José Garcia qui adopte un second rôle ponctuel mais ne manque pas de nous faire rire. A présent, Benoit Magimel assume son homosexualité au grand jour en présentant son nouveau compagnon, du même âge que Max (peut être pas un hasard ?).

On trouve aussi à l’écran deux nouveaux enfants (on ne vous dit pas de qui ils sont !). Une petite fille de quelques mois accompagnée de sa nounou aux allures de Marry Poppins hystérique qui nous fait beaucoup rire, et un garçon de huit ans en quête de reconnaissance.

On retrouve Elliot devenu adolescent et qui assume difficilement de voir son père avec un autre homme. Les enfants sont présents mais restent tout de même au second plan, comme dans le premier volet.

Marie (jouée par Marion Cotillard) a quitté sa douceur et son look baba cool pour adopter une apparence rock et une attitude peut être un peu trop révoltée. En huit ans, on se demande bien ce qu’il s’est passé. Tous les autres ont l’air de s’être assagi sauf elle qui a l’air d’une adolescente. Pourquoi pas !

Antoine (Laurent Lafitte) nous fait toujours autant rire par ses gaffes. Autant dans le premier volet il n’était pas assez attentionné envers ses amis à cause de ses histoires de cœur à se tirer les cheveux, que cette fois, il passe son temps à se plier en quatre pour tout le monde. Eric (Gilles Lelouche) a percé dans le cinéma et Vincent est devenu son assistant personnel. Une situation pas très saine.

Isabelle (Pascale Arbillot) a pris confiance en elle. Le temps a eu un effet sacrément positif sur elle. Encore plus belle, elle s’épanouit tellement depuis que Vincent a refait sa vie qu’elle attire les hommes comme des mouches et n’a plus qu’à choisir.

Et Véro dans tout ça (Valérie Bonneton) elle est bien décidée à se faire plaisir et à tout lâcher. Tout lâcher oui, c’est un peu le leit’ motiv de "Nous finirons ensemble", ce qui nous vaut une superbe seine de saut en parachute, un tel régal. De nombreuses blagues nous font rire aux éclats et on retrouve sans difficulté l’effervescence d’il y a 8 ans.

On retrouve Nassim et Jean Louis en bref, le paysage reste le même : le Cap Ferret, les bateaux, les huîtres, les grands repas autour d’un verre de vin et une bande-son toujours aussi soul et entraînante. Promis Guillaume Canet l’a dit, un cd de la bande son sortira dans les bacs !

" Nous finirons ensemble" est une leçon d’amitié qui montre que celle-ci ne consiste par à être là tout le temps, mais d’être là quand il faut, et quand les autres en ont besoin...

Tous nos contenus sur "Nous finirons ensemble"
Toutes les critiques de "Clémence Leroy"

ça peut vous interesser

Yuli : Quand la danse raconte une histoire

Rédaction

Nous finirons ensemble : Une bande de potes qui divise

Rédaction

Nous finirons ensemble : Un film sans aucune prétention

Rédaction