21 juillet 2019
Critiques

Nous finirons ensemble : Un film sans aucune prétention

Critique du film Nous finirons ensemble

par Alexa Bouhelier-Ruelle

Dix ans après la sortie des "Petits Mouchoirs", Guillaume Canet remet le couvert avec une suite.

Cela commence dans cette maison de vacances du Cap Ferret que l’on connait bien. Cette dernière est vide, mais pleine de souvenirs et d’émotions pour les personnages, mais aussi pour les spectateurs.

Guillaume Canet réussit encore une fois à capter une atmosphère particulière et à jouer avec la lumière notamment pour les paysages martimes. Sous nos yeux se déroule la suite de l’histoire de cette bande de potes qui revient en vacances au Cap Ferret. Toutefois, cette fois-ci, dans une tout autre ambiance...

Ce nouveau film est aussi riche en émotions que le précédent. Guillaume Canet maitrise son sujet à la perfection et évite les scènes un peu trop larmoyantes. Il pratique la valse hésitation entre rires et pleurs avec une justesse étonnante. Et c’est dans cette justesse que l'ensemble trouve toute son humanité.

En effet, si "Nous finirons ensemble" commence avec une maison vide et un ton grave, peu à peu on retrouve cet humour et cette tendresse propre à ce groupe d'amis. Encore une fois très à l’aise dans leur rôles respectifs, l'ensemble du casting transpire le naturel et la sincérité.

Très vite on rentre dans l'univers de "Nous finirons ensemble" et on se laisse happer par cette nouvelle semaine de vacances. Les rires croisent les larmes et chacun des personnages tente d’oublier un peu sa vie en se focalisant sur celle des autres.

François Cluzet sort du lot haut la main avec une performance parfaite. Parfois hilarant et parfois touchant, son personnage laisse apercevoir un homme déchiré par la dépression. Un sexagénaire qui voit sa vie défiler devant ses yeux et qui réapprend à s’ouvrir aux autres. François Cluzet est donc merveilleux, surtout lorsqu’il s’énerve !

Guillaume Canet nous offre encore une fois, une bande-originale pétillante. Dans laquelle le détail est roi : avec "Daddy Cool" de Boney M à "Girls Just Want to Have Fun" de Cyndi Lauper, en passant par "99 Luftballons" de l'Allemande Nena sans oublier "Baba O'Riley" de The Who.

Quand le générique de fin débute, il est difficile de ne pas être sous le charme de ce second volet des "Petits Mouchoirs". Alors que le film atteint les 2h15, il est beaucoup plus rythmé que son prédécesseur. Pas le temps de s’ennuyer. Guillaume Canet s’améliore et apprend de ses erreurs.

Certes, "Nous finirons ensemble" possède quelques petits défauts. Cependant, ils sont très vite pardonnés, tant le film est tendre et bienveillant envers ses personnages.

Un film juste et sans aucune prétention.

Tous nos contenus sur "Nous finirons ensemble"
Toutes les critiques de "Alexa Bouhelier Ruelle"

ça peut vous interesser

Crawl : La critique du film

Rédaction

The Operative : La critique du film

Rédaction

Rocketman : Le film s’envole dans les étoiles

Rédaction