31 octobre 2020
Archives Critiques

Otage avec Bruce Willis : Critique

Enfin un film avec Bruce Willis où l'acteur américain n'est pas le centre de tout ! Bien sûr celui qu'il incarne, Jeff Talley, est le personnage principal. Mais Mars, celui par qui la catastrophe arrive, est vraiment le centre de notre attention.  Magnifiquement interprété par Ben Foster, qui avait déjà un rôle assez ténébreux dans la série "Six Feet Under", Mars est l'archétype de l'ange déchu, ce héros sombre et mystérieusement romantique, qui porte un regard étrange sur tout ce qu'il désire. Le genre de personnage qui réussit à changer le cours des choses uniquement en étant présent. Ainsi, c'est pour gagner l'estime de Mars que Dennis décidera de faire payer à Jennifer le fait qu'elle ait répondu à son geste obscène par un autre geste obscène. 

Comme son titre l'indique, le troisième long métrage de Florent Siri parle d‘une prise d'otages. Mais une prise d'otages un peu surréaliste puisque c'est tout de même légèrement sans le vouloir que Mars, Dennis et son petit frère Kevin, s'enfermeront chez Walter Smith, le prenant ainsi en otage avec ses enfants, Jennifer et Tommy.  Bien qu'étant réalisé par un français, "Otage" réunit tous les symboles d'un film à gros budget états-unien : de l'action, du suspense, un héros plein de bonnes intentions (à tel point qu'on ne croit pas au fait que Jeff abandonne Walter Smith et sa famille aux mains d'un autre policier), la présence de dieu (les fondus au blanc deviennent mystiques à cause de la barbe que Bruce-le-sauveur arbore au début du film), et de l'amour (pour la famille : la femme, les enfants, le frère ...).

Malgré ces conventions et la musique d'Alexandre Desplat parfois trop empathique, semblable à celle du "Batman" de Tim Burton, le film de Florent Siri reste un thriller efficace qui arrive à nous faire sursauter.  Son atout principal reste les personnages, car chacun d'entre eux, même ceux qui y laissent leur peau, ressort de cette journée et de cette nuit plus enrichit que la veille. Les uns ont réussi à se dépêtrer de leurs intrigues, tandis que les autres ont appris beaucoup sur eux-mêmes. Mais surtout, grâce au jeu des acteurs qui les incarnent, les personnages évoluent tout au long du film. Dennis comprend que son admiration pour Mars est lourde de conséquences, pendant que celui-ci dévoile peu à peu tout son romantisme machiavélique. Adolescente qui n'aspirait qu'à s'amuser avec ses copines, Jennifer devient vite une femme capable d'utiliser ses atouts lorsque sa survie entre en jeu, alors que Tommy, en devenant les yeux et les oreilles de Jeff, passe en une nuit de l'enfant à protéger à l'adulte protecteur… 

Cela étant, bien que la maison dans laquelle se déroule la majeure partie du film, personnage à part entière, soit réellement impressionnante, nous regrettons que le seul risque cinématographique d'"Otage" soit le générique, sorte de bande dessinée policière, réalisée en animation par Laurent Brett.

Auteure :Marie Guyot
Tous nos contenus sur "Otage" Toutes les critiques de "Marie Guyot"

ça peut vous interesser

Falling : Un face-à-face père-fils déchirant

Rédaction

Blackbird : Poignant

Rédaction

Blackbird : Huis clos familial sur la fin de vie

Rédaction