Archives Critiques

Par Effraction : Terrible déception !

Déçue...

Bon, voilà. C'est donc une histoire d'adultère sur fond de cambriolage. Et c'est bien là le problème ! Minghella ne sait pas où il va. Il hésite systématiquement entre plusieurs pistes, mélange les histoires, celles des deux couples, du petit jeune qui se fait entraîner dans le crime, du petit jeune qui pourrait bien être intéressé par l'architecture de Will, de Sarajevo, etc. Un sacré fourre-tout ! Et comme souvent dans ces cas là, tout cela reste en surface et déçoit le spectateur qui aurait bien aimé en savoir plus, au moins en ce qui concerne une des pistes.

Hésitation encore du côté de la mise en scène. Shakespeare n'aurait pas mieux dit que Minghella : mettre ou ne pas mettre en scène, là est la question. Souvent le cher Anthony décide de ne pas mettre en scène et c'est assez catastrophique. Il se repose entièrement sur ses acteurs. On pourrait franchement lui en vouloir. Ce n'est pas que Juliette Binoche ne soit pas crédible en réfugiée bosniaque, ce n'est pas non plus que Jude Law multiplie les mimiques, c'est le reste... Une image qui ne sait pas où elle va; une caméra qui fait des prouesses de temps à autre et oublie le reste; et, surtout, une image récurrente, hautement symbolique : les personnages vu à travers des vitres, par leurs reflets dans les miroirs. Enfin dédoublés ou séparés de la réalité. Merci monsieur Minghella pour cette grande finesse...

Impossible de dire autre chose, c'est décevant, et, une fois l'attrait Jude Law (on ne se refait pas) passé, alors on s'ennuie ferme en attendant qu'il se passe quelque chose... Quelque chose qui ne se passera jamais malheureusement, tellement le final sonne faux et finit en eau de boudin. Décidément il manque quelque chose à ce Par Effraction.. Peut-être l'inspiration d'un cinéaste qui avait jusque là réussi quelques bons films, du Patient Anglais au Talentueux Mr Ripley ou Retour à Cold Mountain... 
Auteur :Fadette Drouard
Tous nos contenus sur "Par Effraction" Toutes les critiques de "Fadette Drouard"