25 octobre 2021
Critiques

Parlez-moi d’amour : Belle rencontre !

Pour son premier film derrière la caméra, Sophie Marceau a naturellement eu envie de mettre en scène des personnages, des situations qui lui étaient proches et familières. Le parallèle entre Sophie Marceau et Andrzej Zulawski paraît inévitable même si celle-ci précise que les vues du film n'étaient point autobiographiques et que "Parlez-moi d'amour" avait acquis au cours du tournage, petit à petit, sa propre identité, se détachant de l'histoire de la réalisatrice pour aller vers quelque chose de plus universel, sans prétention aucune. En effet, quoi de plus universel que l'amour, son zénith, ses ruptures ?

La première partie, qui se confine à l'intimité du couple dans un appartement parisien, est exemplaire de sobriété et de justesse. Parfaitement mis en scène et admirablement interprété, le calvaire quotidien de cette famille au bord de la rupture, suivi avec ses moments d'accalmies et de furies, acquiert une force indéniable. Judith Godrèche, un rien trop théâtrale et finalement trop Godrèche dans ses intonations, trouve face à un Niels Arestrup impressionnant un de ses plus beaux rôles, peut-être le plus fort de son propre aveu. D'une complicité évidente avec la réalisatrice, véritable double de Sophie Marceau, Judith Godrèche semble avoir sorti de son jeu des émotions insoupçonnées, s'abandonnant devant la caméra (pour les amoureux transis, tout reste dans les limites du correct).

La deuxième partie de "Parlez-moi d'amour", qui suit ses protagonistes chacun de leur côté, perd de son intensité à cause de la séparation non pas de ce couple mais du couple d'acteurs. Moins bouillonnante, moins dense, plus étalée, parsemée de quelques longueurs, elle propose cependant le temps de la réflexion, du repos après la tempête et offre même une très belle scène , où Justine fait le point sur la balançoire de ses parents, à la campagne.

"Parlez-moi d'amour" est assurément une belle découverte à travers laquelle transparaît la simplicité ainsi que l'énergie de deux belles femmes, comme elles l'ont démontré lors de leur récente venue dans notre métropole. 

Auteur :Alessandro Di Giuseppe
Tous nos contenus sur "Parlez-moi d'amour" Toutes les critiques de "Alessandro Di Giuseppe"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 25 septembre 2021

Rédaction

Tout s’est bien passé : L’émotion du raffinement et de la simplicité

Rédaction

Stillwater : Des apparences parfois trompeuses

Rédaction