22 septembre 2020
Archives Critiques

Paycheck de John Woo : Acceptable

Dernière œuvre de John Woo, le réalisateur connu pour ses films d'actions, "Paycheck" (distribué par United International Pictures (UIP)) raconte l'histoire d'un ingénieur, Michael Jennings (Ben Affleck) qui se fait payer grassement par des entreprises pour ses compétences scientifiques. La contrepartie est que l'on doit effacer de sa mémoire la période pendant laquelle il a travaillé. D'ordinaire, ce qu'on lui demande ne requiert que quelques semaines mais Allcom lui propose en échange de 92 millions de dollars de perdre trois ans de sa vie et de sa mémoire. Il accepte. A sa sortie, il récupère ses effets personnels mais il découvre que ce ne sont pas les siens. Que s'est-il passé ? Qu'a-t-il fabriqué de si dangereux ? De plus, le F.B.I. l'interpelle et le soupçonne de trahison d'état. Il va devoir retrouver la mémoire et ne pas se faire tuer par la société qui l'a employé. Sur le chemin de la vérité, il a deux aides : l'enveloppe qu'il s'est envoyée qui contient vingt objets, et la femme qu'il a aimée pendant son séjour chez Allcom, le Dr Porter (Uma Thurman).

"Paycheck" est un film d'anticipation tiré d'une nouvelle de Philipp K. Dick, qui avait déjà inspiré le Minority Report de Spielberg. Il est un peu surprenant de voir Ben Affleck habillé à la façon d'un Cary Grant dans un monde futur. La touche technologique se voit dans l'installation intérieure des laboratoires. On n'a pas l'impression qu'il y ait eu beaucoup d'efforts pour créer un monde du futur. Le jeu des acteurs est convenable. Uma Thurman est convainquante ; Ben affleck ne se débrouille pas trop mal cette fois-ci, après une flopée de déceptions dans des films tels que "Daredevil" ou "Pearl Harbor". L'action enchaîne une série de courses-poursuites : métro, moto. Elles sont bien conçues et contribuent au suspense. La petite curiosité du film est qu'il parvient à garder sur lui cette grande enveloppe, qui est à la fois son « boulet » et son salut .

"Paycheck" est aussi un film ésotérique comme l'était déjà "Volte fac"e. On remarquera la touche John Woo par l'apparition d'une colombe . L'heure à laquelle doit mourir Michael Jennings est 15h03, ce qui n'est pas sans rappeler le 153 de la Pêche miraculeuse des Evangiles. Au final, "Paycheck" s'avère agréable à regarder mais qui ne révolutionne pas le cinéma d'anticipation. Il reste en deçà de "Minority Report" ; c'est bien dommage car l'histoire est intéressante.

Auteur :Michel Deloore

Tous nos contenus sur "Paycheck" Toutes les critiques de "Michel Deloore"

ça peut vous interesser

Sa dernière volonté : Vaut la peine de l’exaucer

Rédaction

Midway : Touché coulé

Rédaction

Midway : Bataille navale de Roland Emmerich

Rédaction