25 octobre 2020
Critiques

Petit Pays : La fin de l’innocence

Par Léa Delaplace

"Petit Pays" laisse sans voix. Quel avis développer face au manque d’humanité qui n’a cessé de marquer l’Histoire ? Comment réagir au récit enfantin du génocide rwandais de 1994 ? Dans le film "Petit Pays", le spectateur suit deux ans de la vie d’une famille qui vit au Burundi et traverse la période d’instabilité politique dès 1992. Le cinéma remplit ici sa mission pédagogique et de transmission, en exposant également l’impact d’une rupture familiale sur l’enfance.

Adapté du livre du même nom du rappeur Gaël Faye, le long-métrage expose sa véritable histoire. Une enfance dans son pays qui a connu les échos du génocide rwandais ainsi que la guerre civile. Eric Barbier, le réalisateur, propose de raconter ces années, sans dimension critique particulière, d’un œil naïf et pur. Gabriel, âgé de dix ans, voit sa vie basculer lorsque le Burundi procède à sa première élection présidentielle sur fond d’espoir démocratique. S’en suivent assassinats, coups d’État et massacres entre Tutsis et Hutu. Avec sa sœur Ana, ils voient leur famille s’écrouler. Sa mère, réfugiée rwandaise d’origine Tutsi se sépare de leur père belge. Leur destin se verra détruit par la situation politique…

"Petit Pays" insinue, montre sans choquer, dépeint sans détour. Le spectateur en sait autant que le jeune Gabriel, en apprend avec lui, se questionne avec lui. « C’est quoi la différence entre les Hutu et les Tutsis ? – ils n’ont pas le même nez », Jean-Pierre Rouve qui joue Michel, le père de famille, tente de préserver ses enfants du cauchemar qu’ils traversent, tout en apportant un fond de vérité. Isabelle Kabano dans le rôle d’Yvonne, la mère, incarne la force familiale et l’espoir, celui d’une paix au Rwanda. Djibril Vancoppenolle, dans la peau de Gaby, recueille l’attache du spectateur par un jeu simple et sincère.

Le film, bien que centré sur les ressentis des protagonistes ne manque pas d’afficher le contexte violent, amené avec justesse par le cadre de l’histoire. Au-delà de l’écroulement politique du Burundi et du Rwanda, Eric Barbier s’attache à travailler sur la rupture du socle familial. La peur et le chagrin sont aussi puissants pour Yvonne et Michel concernant la situation politique que ne l’est leur séparation pour leurs enfants…

Fort d’amour et d’espoir, "Petit Pays" peint une réalité de l’histoire de l’œil d’un jeune garçon qui finira par quitter son pays pour rejoindre la France. A ne pas manquer, le cœur bien accroché.


Tous nos contenus sur "Petit Pays" Toutes les critiques de "Léa Delaplace"

ça peut vous interesser

Mon Cousin : Celui qu’on aime

Rédaction

Mon Cousin : Complètement fou ?

Rédaction

Petit Pays : Une folie humaine à hauteur d’enfant

Rédaction