Archives Critiques

Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence : A la recherche d’une seconde jeunesse

L'ancien capitaine du Black Pearl est une nouvelle fois à la recherche d'un navire et d'un équipage. Le pirate le plus célèbre du cinéma hollywoodien est de retour pour une quatrième aventure. Après les deux longs métrages précédents ("Le Secret du Coffre Maudit" et "Jusqu'au bout du monde", sorti en 2006 et 2007) qui avaient pris le pari du spectaculaire avec une tempête d'effets spéciaux, la franchise "Pirates des Caraibes" retourne à son premier port d'attache avec "La Fontaine de Jouvence".

Changement de navire et renouvellement d'une partie de l'équipage avec le passage par-dessus bord de Gore Verbinski (Réalisateur des trois volets précédents) et des acteurs, Orlando Bloom et Keira Knightley, le fameux couple des trois premiers opus de "Pirates des Caraïbes". Les interprètes de William Turner et d'Elizabeth Swann ont décidé d'arrêter leur aventure en mer pour se concentrer sur leurs autres projets. Pour combler ces départs, les producteurs ont fait appel à Rob Marshall (Oscar du meilleur film pour sa comédie musicale "Chicago" en 2002) pour tenir la barre et aux matelots. Penélope Cruz en ex de Jack Sparrow, et Ian McShane dans la peau du méchant de l'histoire, le pirate le plus infâme qui n'ait jamais vécu : Barbe Noire. Le nouveau couple est composé de la jeune Française Astrid Berges-Frisbey et du Britannique Sam Claflin qui pour reprendre le flambeau de la romance.

Pour le reste, inutile de changer une équipe qui gagne, de nombreux passagers du précédent navire restent devant la caméra, Johnny Depp et Geoffrey Rush en tête, mais aussi Kevin McNally (Gibbs) et Keith Richards (Teague Sparrow) puis derrière la caméra : l'équipe de scénaristes présente depuis le début (Ted Elliott, Terry Rossio) ainsi que le producteur Jerry Bruckheimer. Le quatrième volet des aventures de Jack Sparrow semble à la recherche d'une seconde jeunesse et sans doute prouver la véracité de son sous-titre : "La Fontaine de Jouvence". À la fin de l'épisode 3, Jack (Johnny Deep) s'était retrouvé en possession d'une carte menant à cette dernière et il était bien décidé à l'atteindre.

Le scénario reprend l'idée traditionnelle de la chasse au trésor, qui avait fait le succès du premier volet. Une course effrénée pour atteindre la mythique fontaine avec cette fois à l'horizon, le Queen Anne's Revenge et son capitaine Barbe Noire (Ian McShane) accompagné de sa fille Angelica (Penélope Cruz). Cette aventure marque aussi le retour aux affaires de l'Empire britannique emmené par le nouveau serviteur de Sa Majesté et désormais corsaire, Hector Barbossa (Geoffrey Rush). L'équipe du film a cherché à se rapprocher de ses origines en reprenant les ingrédients du tout premier long métrage.

Plusieurs scènes s'inspirent directement de ce dernier puis les créatures monstrueuses et autres effets spéciaux de grande ampleur ont laissé place aux effets pyrotechniques. La recette qui a fait le succès de la franchise a toujours été une bonne dose d'aventures mêlées à des cascades spectaculaire et surtout un humour significatif. Tout y est… ou presque. Le voyage vers la fontaine de jouvence se concentre surtout sur les trois capitaines de l'aventure : Sparrow, Barbossa et Barbe Noire. Le premier reste encore et toujours ce fou de Jack quant au second il a certes perdu une jambe, mais certainement pas son aura de vieux loup de mer.

L'association de ces deux-là marche toujours aussi bien, Johnny Depp et Geoffrey Rush connaissent bien leurs personnages. Le troisième et mythique capitaine fait une entrée remarquée et apporte sa touche de noirceur au film avec un Ian McShane imposant. Ce voyage ce veut donc être proche du tout premier opus, mais, la comparaison attire l'attention sur les avaries du navire. Le principal défaut de ce film réside qu'en dehors de ses trois hommes forts, il y a peu de choses à retenir.

Penélope Cruz, en version féminine de Jack, se démène, mais livre une prestation inégale qui n'arrive pas à faire oublier la complicité et le jeu plein d'humour qui existait entre Jack et Mlle Turner interprétée par Keira Knightley. Et puisqu'il s'agit d'évoquer les histoires de couple, celui de ce volet est relégué dans les cales du navire et s'avère presque inutile. Et ce n'est pas le jeune prêtre interprété par Sam Claflin qui fera oublier le désormais « bankable » Orlando Bloom.

Toutefois, l'élément qui manquera le plus aux spectateurs et aux amateurs de la franchise sera sans doute l'humour omniprésent du premier volet. Jack Sparrow est dans le même registre, mais a déjà été plus efficace à l'inverse d'un capitaine Barbossa qui est vraiment mis en avant sur cette aventure. Le regret incontestable se situe dans l'absence de répondant dans ce registre des autres aventuriers face aux personnages récurrents de la franchise.

"La Fontaine de Jouvence" a beau avoir le pouvoir de donner l'immortalité, "Pirates des Caraïbes" montre qu'il n'est pas facile d'acquérir une seconde jeunesse. Si les aventures de Jack Sparrow semblent inépuisables, force est de constater que cette dernière est loin d'être la plus réussie. Néanmoins, le public est au rendez-vous, car le film a réussi le meilleur démarrage de l'année. Et si le succès se confirme, il y a fort à parier que le navire voguera de nouveau sur les mers, mais peut-être faudrait-il envisager un changement de cap. Quant au capitaine aux commandes, ce sera toujours ce bon vieux Jack Sparrow et sa boussole magique.

Auteur :François Bour
Tous nos contenus sur "Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence" Toutes les critiques de "François Bour"

ça peut vous interesser

The Banker : Le classicisme chez Apple

Rédaction

Artemis Fowl arrive !

Rédaction

En avant : La magie opère

Rédaction