19 novembre 2019
Archives Critiques

Playtime : Quelle richesse !

Un univers urbain froid et lisse, celui de "Playtime", au fonctionnement implacablement mécanique se retrouve parasité par l'humanité "contagieuse" de Hulot-Tati.

Pris dans les rouages du Grand Tout uniforme-moderne, ce dernier en révèle les failles, à sa façon, sans se presser, les montrant sans les dévoiler. Paris n'existe plus que dans le reflet des portes vitrées des agences de voyage.

La Tour Eiffel, le Sacré Coeur, l'Arc de Triomphe ne sont plus que des éléments fantomatiques, impalpables dans la réalité. Car Paris = New York = Mexico = Rome (voir les affiches promotionnelles toutes semblables).

Pour les touristes américaines débarquées depuis peu, l'authenticité n'est donc pas à chercher dans l'architecture. Elle se trouve chez les parisiens eux mêmes. Confrontés à un cadre aussi strict, ces derniers n'en sont pas pour autant déshumanisés, au contraire. Le décalage entre environnement sans relief et personnages détaillés à l'extrême nous transporte de rire en émotion.

Le point culminant de "Playtime" réside dans la séquence du " Royal Garden", restaurant dans lequel l'architecture anti-fonctionnelle, associée à la présence de Hulot, va entraîner toute une série de dysfonctionnements générateurs d'un joyeux chaos (et l'on voit que "La Party" de Blake Edwards ne vient pas de nulle part).

Tout ceci aboutit au réenchantement du réel, comme le prouve cet embouteillage final dans un rond-point transformé en manège par l'oeil poétique de Tati. "Playtime" est d'ailleurs la quintessence du regard tatiesque, un film où le spectateur est cordialement invité à scruter le moindre recoin de chaque plan pour y dénicher mille et une merveilleuses trouvailles.

"Playtime", ce film monstrueusement riche, que Tati considérait comme son oeuvre maîtresse, n'a malheureusement pas rencontré le succès mérité à sa sortie.

Auteure :Caroline Cranskens
Tous nos contenus sur "Playtime " Toutes les critiques de "Caroline Cranskens"

ça peut vous interesser

La 25ème heure : Un film incontournable !

Rédaction

Big Fish : Un grand Tim Burton ! Rien n’est exagéré. Tout est vrai

Rédaction

Punch Drunk Love avec Adam Sandler : La critique

Rédaction