14 juillet 2020
Critiques

Portrait de la jeune fille en feu : Flamme éternelle

La critique du film

Portrait de la jeune fille en feu

Par Auxence Magerand

La réalisatrice de "Tomboy" et "Bande de Filles", Céline Sciamma, revient avec une romance somptueuse située à la fin du 18e siècle sur une île bretonne, "Portrait de la jeune fille en feu".

Héloïse (Adèle Haenel) sort du couvent pour épouser un noble italien, mais résiste à ce destin imposé en refusant de poser pour son portrait de mariage. Prétextant une nouvelle dame de compagnie, sa mère (Valeria Golino) engage alors une artiste pour la portraiturer en secret, Marianne (Noémie Merlant).

Comme dans "Douleur et Gloire" également présent à Cannes, Sciamma filme la naissance du désir, cristallisant un jeu de regards fascinant gorgé d'une tension érotique sublime. "Portrait de la jeune fille en feu" (distribué par Pyramide Distribution) superpose en réalité deux relations picturales, qui se rejoignent dans leur sublimation d'Adèle Haenel/Héloïse : celle de Marianne et celle de Céline Sciamma. Soit le thème intemporel du créateur et de son sujet. Il est d'ailleurs indéniable que la réalisatrice a pensé et écrit le film pour sa comédienne.

Certes, on est loin des ruptures historiques de Coppola et Lanthimos, mais c'est justement la sobriété de la mise en scène qui irradie le film. La distribution, exclusivement féminine déjà, se concentre sur quatre personnages. L'économie des dialogues, toujours finement ciselés, impacte par leur profond lyrisme.

Les scènes de dessin aussi, retranscrivent un tracé de l'esquisse au son proprement relaxant. La composition des cadres enfin, rappelle (grâce à la directrice photo Claire Mathon) le dépouillement de la peinture néerlandaise. Et puis, le film sonne avant tout comme un hymne subtil à l'émancipation féminine : exit le rôle d'épouse et de mère parfaites. Une femme peut faire la moue. Une femme peut rester célibataire. Une femme peut avorter. Une femme peut aimer une autre femme.

Céline Sciamma porte haut ce fiévreux désir de devenir active plutôt que passive, en feu plutôt qu'en fleur – la métaphore incandescente est d'ailleurs omniprésente. "Portrait de la jeune fille en feu", c'est finalement l'idée que l'observation attentive est en soi une preuve d'amour, que le souvenir d'une passion se conserve à jamais, et que la sororité demeure.


Tous nos contenus sur "Portrait de la jeune fille en feu"
Toutes les critiques de "Auxence Magerand"

ça peut vous interesser

Césars 2020 : Le Bilan

Rédaction

Anaïs Demoustier : La part du frère

Rédaction

Le Voyage du Dr. Dolittle : L’arche de Downey

Rédaction