Critiques

Premier Contact : Et Denis Villeneuve réinventa la SF

Repoussant toujours plus loin les frontières de la science-fiction moderne tout comme celles de la réalisation. Pour son dixième film derrière la caméra, auréolé de ses succès avec "Prisoners" et "Sicario", le réalisateur canadien illustre le premier contact entre l'humanité et une force extra-terrestre.

Au travers de deux lignes scénaristiques brillantes, l'une concentrée sur les échanges avec ces nouveaux venus et l'autre sur le personnage de la linguiste interprétée par Amy Adams, Villeneuve aime à développer une dualité épatante, les deux fils rouges se trouvant à la fois indépendants et connectées ; et permet une immersion bien plus poussée et des frissons garantis…

En plus de cela, le film s'envole dès qu'il s'agit d'aspects techniques et optiques. En effet, Denis Villeneuve trouve une signature époustouflante, oscillant entre les couleurs manichéennes noir et blanches et les légères tâches orangées qui redonnent vie et pimentent cet incroyable tableau rappelant les images magnifiques d'un certain Stanley Kubrick. De plus, le film créé une ambiance très immersive et prégnante pour le spectateur ;  tant au niveau sonore et musical où Villeneuve repousse une fois de plus les techniques établies, qu'au niveau des acteurs qui livrent une interprétation poignante et soutenue par un scénario puissant et multipliant les rebondissements, tous plus croustillants et perturbants les uns que les autres.

Avec "Premier Contact", Denis Villeneuve révolutionne en quelques sortes la science-fiction moderne et intelligente, notamment avec l'approche novatrice des extraterrestres ou la vision intimiste des protagonistes ; mais n'oublie toutefois pas ses classiques comme le montrent les influences directes à des chefs-d'œuvre du genre tel "2001 l'Odyssée de l'Espace" ou "Rencontre du Troisième Type". De très bon augure pour le "Blade Runner 2049" dont il vient de signer la réalisation…
Auteur :Grégoire Deux
Tous nos contenus sur "Premier Contact" Toutes les critiques de "Grégoire Deux"

ça peut vous interesser

Une sirène à Paris : Son chant n’est pas séduisant

Rédaction

Bad Boys 3 : L’heure de la retraite a sonné

Rédaction

Retour à Zombieland de Ruben Fleischer : La critique

Rédaction