3 décembre 2020
Archives Critiques

Punch Drunk Love : Critique

"Punch Drunk Love" : un scénario bien mince, me direz-vous. Mais réduire le nouveau film de Paul Thomas Anderson ainsi serait lui ôter sa quintessence. Car, contrairement aux apparences, c'est un film hors-du-commun : rangé dans les comédies, le film n'est une comédie que parce qu'il prend le contre-pied des canons du genre.

En fait, "Punch Drunk Love" est irracontable, tout simplement parce que c'est un film qui se vit en se laissant absorber par les images pour regarder au-delà de celles-ci. La mise en scène, audacieuse et impertinente, à laquelle la musique est intimement liée, sert l'histoire au point d'en être partie prenante : elle est l'expression visible de l'intériorité de Barry Eagan. Avec une évidence limite choquante, Paul Thomas Anderson passe de l'absurde au kitsch sentimental dans un décor rose bonbon lorsque Barry et Lena s'embrassent. Raconter plus avant les éléments de ce film serait vous enlever le plaisir de la surprise car "Punch Drunk Love" n'est que surprises.

Sachez simplement qu'il s'agit d'un film à contre-emploi de ce qui est « politiquement correct ». Vous pensez que Barry va se laisser happer par la violence qui l'habite, l'instant d'après on bascule dans un simulacre de comédie à l'eau de rose : Paul Thomas Anderson nous empêche de nous asseoir sur nos certitudes, comme si la vie pouvait, à tout moment, en décider autrement pour nous et prendre un tournant imprévu. C'est la preuve que Paul Thomas Anderson est un réalisateur décidément à part qui ne recule devant rien pour créer un univers cinématographique qui sera dispensé du label hollywoodien (utilisé pour les films fabriqués en série).  Evidemment, les acteurs ne sont pas étrangers au relief tridimensionnel de ce film : Adam Sandler parce qu'il fait comme un immense pied-de-nez à la comédie classique, Emily Watson par son charme aussi candide qu'énigmatique et émouvant. 

Conte de fées à contre-courant mais pas seulement, "Punch Drunk Love" est une oeuvre à tiroirs atteinte des symptômes courants de la vie…Et en cela, elle est divinement exquise ! Un quart de fantaisie, un quart d'absurde et de loufoque, un quart d'humour décalé, un quart d'idées lumineuses et illuminées, une pincée de poésie, secouez effrontément, vous obtenez "Punch Drunk Love", un cocktail savamment dosé qui vous rendra « ivres d'amour ».

Auteure :Nathalie Debavelaere
Tous nos contenus sur "Punch Drunk Love" Toutes les critiques de "Nathalie Debavelaere"

ça peut vous interesser

Éloge de la futilité essentielle : Le film-doudou

Rédaction

Docteur Patch avec Robin Williams

Rédaction

L’Impasse : Impossible rédemption

Rédaction