Critiques

Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? : Mauvais timing

La critique du film Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?

Par Victor Van De Kadsye


La sortie de "Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?" en 2014 a lancé un nouveau sous-genre de la comédie française : celui du « On ne peut plus rien dire » ou ces films menés par Christian Clavier qui veulent faire culpabiliser au prétexte de l'humour de ceux qui luttent contre les oppressions.

Cette compilation de sketchs (dignes de posts Facebook douteux) avait cartonné pour son faux-semblant de « vivre ensemble » résumé par l'affirmation suivante : « c'est pas grave si les français sont racistes, puisque tout le monde l'est ». S'en sont suivies de nombreuses succédanées nauséabondes, signées Phillipe de Chauveron, jusqu'à ce nouveau volet sorti cette semaine.

Est-ce une surprise si l'on écrit que ce second opus remplit le cahier des charges des blagues les plus problématiques ? Et que ces blagues sont dites au prétexte fallacieux de sous-histoires allant toutes nulle part ? Ce qui est consternant avec "Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?" est de déplorer qu'il ait fallu deux scénaristes pour si une si maigre intrigue.

Encore une fois, on se retrouve face à un amas de scènes improbables et terriblement gênantes qui provoqueront le malaise. Les mimiques, toujours aussi grotesques, de Christian Clavier, feront toujours rire nerveusement. Surtout lorsque l'on voit s'essayer à devenir un écrivain à plusieurs reprises dans le film.

critique-film-qu-est-ce-qu-on-a-encore-fait-au-bon-dieu-1
Une belle brochette !


Les propos que le film dégagent à l'écran ne rendent pas compte de l'actualité dominant la France. A l'heure des Gillets Jaunes, il peut paraître inconcevable que, dans une comédie dite populaire, sorte de la bouche des comédiens sollicités l'affirmation que les français ne sont jamais contents et sont énervants lorsqu'ils manifestent. De même, à l'heure où l'homophobie devient de plus en plus prégnante dans notre société, difficile d'accepter la légèreté des auteurs à évoquer ce sujet.

En plus de ça, le film ne se paie même pas le luxe d'être soigné. Cinématographiquement, c'est le strict minimum ! Digne d'un épisode de "Camping Paradis". C'est vous dire le niveau ! Le jeu absent des comédiens se complète avec la disparition frontale de la photographie.

A ce stade, on ne peut pas dire que c'est un film à voir au cinéma. D'autres succès populaires français ont pu prouver qu'on pouvait allier humour potache et effort cinématographique (mine de rien, "Les Tuche", ça tente quand même des choses). Mais, là, rien ne va !

Rien d'autre à dire de plus sur ce téléfilm ayant eu la chance de sortir sur un plus grand écran. Trop léger pour parler de véritables problèmes sociaux, il loupe encore une fois le coche. Pourquoi faire un film qui se conclut sur un semblant de tolérance après avoir véhiculer son contraire ? Il serait temps que les scénaristes se rendent compte de ce problème majeur dans notre cinéma.


Tous nos contenus sur "Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu ?"
Toutes les critiques de "Victor Van De Kadsye"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 16 mars 2019

Rédaction

Convoi exceptionnel : Blier, comme un dernier souffle

Rédaction

Black Snake : FranCacafrique

Rédaction