Archives Critiques

Qui perd gagne ! : Critique

La véritable originalité du film de Laurent Bénégui est de nous introduire dans un milieu fascinant et pourtant extraordinairement replié sur lui-même : celui du jeu, des salles mi-obscures où se jouent des sommes folles, où des vies se font et se défont. Remarquons que les incursions du cinéma dans cet univers si particulier, et si codifié, sont rares mais comptent d'incontestables réussites. Citons pêle-mêle "Le Kid de Cincinatti" de Norman Jewison avec Steve McQueen (1966), "Fever" de Richard Brooks avec Ryan O'Neal (1982) ou bien "Les joueurs" de John Dahl avec Matt Damon (1998). Dans le cadre de notre cinéma hexagonal, ses tentatives ont été bien plus rares encore : "Tricheurs" de Barbet Schroeder (1984) étant l'exemple le plus remarquable.

Avec "Qui perd gagne", Bénégui ajoute donc à l'originalité de son propos un sens aigu de la mise en scène et une véritable maîtrise du cadre. L'ensemble étant homogénéisé par une histoire qui entraîne le spectateur du début à la fin, sans temps mort et sans baisse de régime. Le scénario de "Qui perd gagne" nous fait plonger dans le monde des casinos, des jeux de hasard : il amène le spectateur à côtoyer ceux qui tentent justement d'éliminer cette notion de hasard et les flics de la brigade des jeux qui, eux, doivent faire en sorte que la chance demeure la chance.

Les deux comédiens principaux sont pour beaucoup dans la réussite du film. Le personnage de Jacques donne à Thierry Lhermitte un de ses plus beaux rôles depuis "Le Dîner de Cons". Faisant preuve d'une grande sobriété dans son interprétation, chemin qu'il a emprunté depuis "Une Affaire Privée" de Guillaume Nicloux notamment, Thierry Lhermitte est un joueur professionnel, spécialisé dans le comptage des cartes au black-jack, doté d'une mémoire phénoménale mais connu des services de police et des casinos.

En face de lui, on trouve 'Elsa Zylberstein, dont les apparitions au grand écran sont bien trop rares actuellement mais qui irradient de sa présence l'ensemble du film de Bénégui. Avec son personnage, elle mélange savamment un caractère de meneuse d'hommes dans son travail et un dévouement personnel total envers celui qu'elle aime.

En définitive, "Qui perd gagne" est la confirmation que le cinéma français peut réussir en restant fidèle à son identité tout en acceptant de hisser le niveau technique, la facture, le style si vous préférez, à des normes auxquelles les spectateurs des années 2000 sont désormais habitués.

Auteur :Dordain Christophe
Tous nos contenus sur "Qui perd gagne !" Toutes les critiques de "Dordain Christophe"

ça peut vous interesser

Cade’s County : The television series

Rédaction

La Petite Maison dans la Prairie : La série

Rédaction

La Une est à Vous : Guide des épisodes saison 1

Rédaction