Critiques

Résurrection : Pas pour Christophe Lambert

Christophe Lambert est de retour sur les écrans avec "Résurrection" en cette année 2000 qui, théoriquement, devrait être particulièrement féconde pour lui puisqu'il a tourné "Vercingétorix" sous la direction de Jacques Dorffmann et "Highlander IV" aux côtés d'Adrian Paul en Roumanie. Il retrouve ici son metteur en scène fétiche, Russell Mulcahy, avec lequel il avait tourné les deux premiers épisodes d'"Highlander".

Il est évident que l'on attendait beaucoup de ces retrouvailles, avec le secret espoir d'un Christophe Lambert enfin intégré dans un film digne de ce nom et dirigé par un réalisateur capable d'insuffler une véritable âme et surtout de l'intérêt au film. C'était vraisemblablement trop en demander avec "Résurrection", honteux pompage de "Seven" et, ce qui est pire encore, film dont le scénario est signé en partie par l'acteur qui est également le producteur du film. C'est dire que Christophe Lambert est totalement responsable des choix artistiques et scénaristiques qui ont présidé à la production de ce qui devient le modèle, le mètre-étalon à montrer dans toutes les écoles de cinéma (y compris à la FEMIS), d'un complet ratage.

Lambert est donc l'éternel policier au passé douloureux. Il a perdu un enfant en bas âge et y a ainsi laissé toutes ses convictions religieuses, le voici qui est confronté à un fou sadique, illuminé et odieux dont le passe-temps favori consiste à mutiler des êtres humains pour leur prélever un membre et reconstituer ainsi le corps du Christ, oeuvre qui doit impérativement être achevée pour Pâques, le moment de la résurrection. Indépendamment du fait que l'acteur incarnant le rôle de cinglé sanguinaire fasse sérieusement pensé à Kevin Spacey, mais en nettement moins bien, ce qui dérange le plus c'est l'absence totale d'ambition de Christophe Lambert qui, dans le rôle de l'inspecteur-traqueur, est d'une banalité déconcertante. Il se contente de reprendre les attitudes voire les tenues de Brad Pitt dans "Seven". Son interprétation est tellement navrante qu'elle finit pas susciter des rires dans la salle, ce qui est un comble pour un thriller horrifique.

Quant à la réalisation, elle est victime de violentes crises qui confinent à l'épilepsie, façon peu convaincante de meubler les trous du scénario. Je dois vous avouer que, par instant, "Résurrection" devient insupportable à regarder tant il donne la nausée. En définitive, on a alors la désagréable sensation d'assister à la projection d'un film qui fait furieusement penser aux plagiats dont se rendaient coupables des Ruggero Deodatto ou des Umberto Lenzi quand ils reprenaient, avec des budgets misérables, les grands succès des années 1980 à la sauce italienne, l'humour en plus...

Film indigne et minable, "Résurrection" est une véritable insulte au spectateur et signe l'arrêt de mort, sans espoir de rémission, de la carrière de Christophe Lambert. C'est une terrible déception !

Auteur :Christophe DordainTous nos contenus sur "Resurrection" Toutes les critiques de "Christophe Dordain"

ça peut vous interesser

La Une est à Vous : 20 avril 1974

Rédaction

La Une est à Vous : Guide des épisodes saison 1

Rédaction

Banacek avec George Peppard

Rédaction