Critiques

Rock’n’ Roll : Tout plane pour Guillaume Canet

Le réalisateur revient à ses premières amours avec "Rock'n' Roll", la comédie, où il se donne le premier rôle dans ce faux documentaire centré sur… lui-même !

Avec Romain Duris période "L'Auberge Espagnole", il a été le fantasme de toute une génération. Ses paris immatures dans "Jeu d'Enfants" ou son torse dans "La Plage" (navet reconnu par l'acteur lui-même) qui n'avait pas à rougir devant celui de Leonardo Dicaprio. Seulement voilà, comme dirait Céline (Dion), c'était le temps d'avant…

Les choses ont changé. L'image de Guillaume Canet a comme qui dirait fané. Entre réalisation douteuse ("Blood Ties") et films loin de faire jouir le box-office ("Jappeloup", "The Program"), son statut d'acteur glamour en a pris un coup. C'est suite à une réelle entrevue avec une journaliste, peu timide à lui avouer cette délicate vérité, que l'acteur/réalisateur a une évidence. Les uns le disent ringard à seulement 43 ans. D'autres ne jurent que par son oscarisée de femme Marion Cotillard. Et s'il leur disait la vérité ? Voici, avec "Rock'n' Roll", le début de docu-fiction paré à relancer l'ex-idole des jeunes.


Cinéma et coulisses

Ainsi "Rock'n' Roll" commence caméra à l'épaule. Tel un un vrai documentaire. Le but ? Très vite rentrer dans la fiction pure et dure. On découvre alors les (faux) coulisses de la vie de Guillaume. Entre plateaux de tournages et vie conjugale. Le tout avec Marion et leur fils Lucien. Une vie très plan-plan qui ne fait pas rêver grand monde. A commencer par Guillaume lui-même.

Si l'idée n'est pas sans rappeler "Ma femme est une actrice" d'Yvan Attal, rien de plus normal. La référence est appuyée, exagérée. Parce Yvan Attal himself (producteur dans la vie comme dans le film) y fait écho en proposant au personnage de Guillaume Canet de réaliser l'équivalent pour sa femme, Marion. Il n'est pas le seul à avoir joué le jeu. En effet, on retrouve aux côtés du réalisateur ses amis de toujours comme Gilles Lellouche et Maxim Nucci (Yodelice). Mais aussi des invités, pas toujours du meilleur goût tel Kev Adams. Plus surprenant et agréable est le couple Halliday. Un monde plein de paillettes qui ravira les fans du cinéma. Ils y reconnaitront certains clins d'oeils appuyés à la propre filmographie de Guillaume Canet ou à d'autres œuvres du cinéma français.



Y'a pas de mal à s'faire du mal

Si l'ambigüité entre réel et fiction s'inscrit en tout début de "Rock'n' Roll", très vite, l'exagération saute aux yeux. Pour redevenir jeune, sexy et rock'n'roll (ce qu'il n'a jamais été), le personnage de Guillaume est prêt à aller loin ! Vraiment très loin ! Pas avare sur les coups de poing dans son image d'acteur lisse sur papier glacé, Canet ne s'épargne rien. Les faux buzz à la David Hasselhoff sur internet. Le changement de look des plus pitoyables. Et même une chirurgie esthétique à outrance ! Un bon moyen de dénoncer une industrie victime de sa propre image. Toutefois, cela avait déjà été fait (dans "Le Bal des Actrices" de Maiween pour n'en citer qu'un).

Sa douce et tendre Marion n'est pas non plus épargnée. Entre flatulences au lit et potager à la maison, l'actrice française la plus bankable de ce début de siècle écorche, elle aussi, son potentiel glamour sans ménagement. Jusqu'à s'auto-parodier avec fierté en apprenant le québécois tout le film durant afin d'obtenir une énième statuette grâce au nouveau film de Xavier Dolan. Cela ne s'invente pas ! Et puisqu'on a cité Céline, comment, sans trop spoiler, ne pas évoquer cette scène fantasmagorique où Dion prend le corps de Marion Cotillard ? Une private joke de toute évidence, certes, mais qui emballe tout fan de la diva québécoise, à commencer par votre serviteur !


Canet en mode cool

Pour son grand retour à la comédie, Guillaume Canet se la joue en dilettante. Si vous vivez dans une bulle bien loin du cinéma et du couple de stars, passez votre chemin. A la manière d'un sketch du "Saturday Night Live" (la version cool et américaine, pas la moisie avec Gad Elmaleh), "Rock'n' Roll" se centre sur Canet, Cotillard, le cinéma… Et rien d'autre.

En utilisant sa vie de star -presque- hollywoodienne, il donne exactement au public ce qu'il désire tout en se faisant lui-même plaisir. Suffit de voir comment le réalisateur communique autour du film avec sa femme, à grand coup de post Instagram certes drôles mais surtout très marketing (Marion qui fait dodo dans le train bave au bec, Guillaume à prostate sur un cheval). Alors, si l'opération est très calculée, ce n'est pas une raison de badiner : continuez comme ça ! Non seulement vous nous amusez, mais, en plus de ça, on a presque l'impression d'êtres vos amis (et amis avec DiCaprio et sa clique alors, par procuration). Attention, toutefois, le ridicule de la mise en scène n'est jamais bien noin...

Auteure :Melissa ChevreuilTous nos contenus sur "Rock n Roll" Toutes les critiques de "Melissa Chevreuil"

ça peut vous interesser

The Contractor : Contrat précaire

Rédaction

Les Aventuriers des Salles Obscures : 12 mars 2022

Rédaction

Goliath : Eprouvant film à charge

Rédaction