18 juillet 2019
Critiques

Roxane : Un premier film qui vire à l’omelette

Critique du film Roxane

par Amandine Letourmy

Dans "Roxane", Mélanie Auffret confie à Guillaume de Tonquédec un premier rôle. C’est bien sur ses épaules que repose cette comédie française, premier long-métrage de la réalisatrice.

Avec quelques kilos en plus, une barbe de plusieurs jours et la bouille rougie par le soleil (ou le pinard, explication probable avec une scène de beuverie bien inutile) le comédien campe dans "Roxane", droit dans ses bottes, le personnage de Raymond.

Le producteur d’œufs bio a cela de particulier qu’il aime se plonger avec délice dans les pièces d’Edmond Rostand et en faire profiter ses poules dans des scènes de lecture mémorables.

L’éleveur coule des jours heureux, accompagné de sa fidèle poulette blanche Roxane, qui, d’une manière inexplicable et inexpliquée, et contrairement à toutes ses compagnes, survit à l’abattoir à chaque printemps.

Mais. Car voilà bientôt venir le spectre de la concurrence industrielle, le « bio intensif » qui menace son exploitation et celles de ses collègues. Face à la vague capitaliste, Raymond pense avoir trouvé LA solution : faire le « buzz ».

À lui Youtube, mises en scène théâtrales au milieu de ses poules et comptabilisation du nombre de vues. Et si cela veut dire s’associer avec sa voisine anglaise qu’il n’a jamais pu blairer, qu’à cela ne tienne !

Certes, le sujet de la concurrence industrielle auquel fait face nombre de petits producteurs est important dans "Roxane". Oui, le film évoque, bien que brièvement, les issues dramatiques qui peuvent en résulter.

Seulement, là où "Roxane" aurait mérité de la nuance, la réalisatrice sème des personnages caricaturaux et le spectateur ne récolte qu’une bouillie manichéenne navrante.

Le constat est d’autant plus désolant que l’envie première d’approuver une comédie sur une telle thématique nous titillait.

Malheureusement, Mélanie Auffret se perd en tentant d’apparaître sur tous les tableaux : est-ce le récit d’un anti-héros, un brûlot engagé ou une comédie familiale ? À défaut de pondre un scénario convaincant, la réalisatrice n’offre qu’une comédie simplette, qui échoue aussi à faire rire.

Tout cela, sans compter un manque de rythme flagrant. Dépité, le spectateur ne reste plus que pour les comédiens, perdus eux aussi entre sérieux et bouffonnerie. Demeure Léa Drucker, qui parvient à rester juste jusqu’au bout. Dommage.

Tous nos contenus sur "Roxane"
Toutes les critiques de "Amandine Letourmy"

ça peut vous interesser

Les Aventuriers des Salles Obscures : 15 juin 2019

Rédaction

Avant-première du film Let’s Dance

Rédaction

Rebelles : Une comédie d’action à la française

Rédaction