30 novembre 2020
Critiques

Rush : Attention, grosse claque !

Ron Howard est de retour, et en grandes pompes, avec "Rush", qui est tout simplement jubilatoire, et rachète en deux heures tout ce que le réalisateur avait fait de moyen ces dernières années. Le film relate la rivalité entre deux grands pilotes de F1, durant les années 70, et particulièrement l'année 1976. Une saison de F1 pleine de rebondissements. Nikki Lauda, un autrichien court pour Ferrari. James Hunt, playboy anglais court pour l'écurie McLaren. Tous les oppose et c'est sur le circuit qu'ils règlent leurs comptes.

J'ai enfin vu ce "Rush". J'ai bien cru qu'il allait me passer sous le nez et j'aurais vraiment été déçu si je l'avais découvert tout simplement chez moi sur un petit écran. J'ai tellement aimé ce film que je ne sais même pas par où commencer. Tout est bon dans "Rush". Non ! Tout est génial. Ron Howard est à son apogée et je peux même préciser que, jusque là, mon film préféré de ce réalisateur était "Un homme d'exception" avec Russell Crowe.

Toutefois, "Rush" remet clairement en question cette préférence, car je crois que, là, c'est le meilleur film de Ron Howard et accessoirement l'un des meilleurs films de l'année. Précisons que je ne suis pas spécialement, pour ne pas dire pas du tout, passionné par la Formule 1, et c'est donc la "première" saison que je suis. Une saison passionnante que nous offre là le réalisateur.

J'ai adoré l'histoire de ce film. J'ai adoré la rivalité teintée de respect que "Rush" met par ailleurs très bien en valeur. L'histoire est passionnante et fait rimer rivalité avec émotion. J'ai apprécié la fenêtre qu'ouvre le film sur le monde de la F1 et de ses dangers. C'est une histoire vraie. Ron Howard la filme avec passion et nous la transmet pendant deux heures. Les rebondissements sont magiques. Les scènes de course sont dantesques. Les moments entre les courses sont magnifiques, bien écrits et tout aussi passionnants que le reste du film. Dans "Rush", tout est en harmonie, et l'on ne s'ennuie pas une minute.

Ensuite, il y a la mise en scène de Ron Howard qui est proprement hallucinante. Le réalisateur est de nouveau au mieux de sa forme. Son film a du punch, de la classe. Il nous fait autant vibrer que les vrombissements des moteurs des voitures. Qui plus est, "Rush" a un aspect documentaire bienvenu. On rentre tout de suite dedans. L'époque est superbement retranscrite. La qualité visuelle est incroyable, belle, sublime et travaillée. La photo est magique et c'est un vrai plaisir à regarder. De plus, le film est accompagné par une B.O. composée par le grand Hans Zimmer, qui est parfaite, et qui termine d'accompagner le film avec classe.

Enfin, pour finir, il y a ces deux acteurs qui sont carrément immenses. Daniel Brühl est impressionnant dans la peau du champion autrichien, un poil désagréable, prétentieux et pourtant très émouvant et finalement attachant. La star de "Rush", c'est incontestablement lui. Chris Hemsworth, quant à lui, tient là son meilleur rôle jusqu'à présent, bien au-dessus de ce qu'il avait fait dans "Thor". L'acteur est naturel, charmeur et charismatique. C'est également toujours plaisant de voir la belle Olivia Wilde, tout comme Alexandra Maria Lara, qui joue la femme de Lauda, et qui est très touchante, surtout dans les regards qu'elle pose sur son mari.

En définitive, après nous avoir fait de trop petits films, Ron Howard est bien de retour avec ce "Rush" jubilatoire, en espérant que son suivant sera tout aussi abouti. Cependant, il est acquis que "Rush" fera partie du top 20 de cette année 2013.

Auteur :Teddy Fernandes
Tous nos contenus sur "Rush" Toutes les critiques de "Teddy Fernandes"

ça peut vous interesser

Mon Cousin : Celui qu’on aime

Rédaction

Mon Cousin : Complètement fou ?

Rédaction

Petit Pays : Une folie humaine à hauteur d’enfant

Rédaction