Archives Critiques

Scènes de Crimes : La critique

Mais qu'a voulu faire Frédéric Schoendoerffer avec "Scènes de Crime" ? Un vrai polar ? Un film d'enquête ? Ce genre d'exercice est réservé aux réalisateurs capables de délivrer une narration sans faille, de dérouler un fil conducteur en acier et d'établir une relation avec les personnages qui permet l'identification et la vraisemblance, les deux pré-requis à la réussite d'un long métrage.

Non. Au lieu de ça, Schoendoerffer nous propose avec "Scènes de Crime" une histoire décousue, des personnages très survolés et l'impression qu'il n'a jamais su choisir entre la méthode classique de la narration chronologique (qui a fait ses preuves) et l'envie de bousculer les habitudes avec un style plus décalé mais dont il n'a pas pu établir le paradigme, le modèle.

Si l'on a du mal à suivre cette enquête c'est tout simplement parce qu'on ne nous y aide pas du tout ! Alors qu'on commence à vouloir trouver une explication à un premier meurtre odieux, Schoendoerffer nous téléporte sans explication sur les lieux d'un autre crime, en montagne. Et cela semble logique aux personnages du film ! Ils en ont de la chance !

Pourquoi le réalisateur fait-il mourir son deuxième personnage principal (interprété avec sobriété par André Dussolier) au milieu de "Scènes de Crime", alors que, laborieusement, l'on commençait à s'attacher à ce flic en plein déprime après que sa femme l'ai quitté, et que sa vie se divisait entre l'enquête le jour et la cuite la nuit ? Cela n'a aucun sens, il meurt d'une banale crise cardiaque, laissant son acolyte seul pour mener l'enquête à son terme : en quoi cela sert-il le film ?

Pourquoi le personnage principal (interprété par Charles Berling) trompe-t-il furtivement sa femme avec une prostituée alors qu'il se trouve en déplacement pour son enquête ?

Le début du récit a voulu nous faire comprendre qu'il aimait son épouse (celle-ci est d'ailleurs enceinte), qu'elle constituait pour lui le monde opposé à celui de ses enquêtes, froides, dures, exemptes de toute morale et dignité et lui permettant ainsi de trouver un certain équilibre et sens à sa vie. Et voilà qu'il l'a trompe, bêtement, dans un hôtel ?

Au lieu de venir renforcer le contour du personnage, cela l'annule complètement, nous laissant perdus quant à son modus vivendi. Encore une fois, en quoi cette anecdote sert-elle le récit ?

Mais le pire est à venir. Alors que pendant les deux premiers tiers du film on est clairement dans une logique d'enquête, scientifique, froide, dans laquelle les acteurs de la police sont détachés des sentiments que l'on peut exprimer, des conséquences dramatiques et humaines des meurtres qu'ils découvrent, le réalisateur nous impose soudainement une rupture.

Le policier devient sans transition une victime du meurtrier pourchassé et retrouvé et l'on assiste à la démonstration de la folie avancée du tueur, appliquée sur le personnage principal qui encaisse la violence qu'on lui inflige sans broncher comme si toutes ses émotions (déjà très ténues) était complètement gelées.

La scène suivante, la dernière, nous amène à la façon d'une aération scénaristique sur une plage tranquille où l'on retrouve le flic, sa femme et un bébé sur les épaules, apparemment heureux de vivre et sans trace de séquelles des évènements précédents. Quid de l'unité de temps ? Quel est le message subliminal ?

La frustration vécue à la fin du film est de la même intensité que la colère qu'inspire ce gâchis ! Il reste quelques illustrations réalistes du métier de policier de la PJ, avec la collaboration de la police scientifique sur laquelle on s'attarde un peu, découvrant ainsi les méthodes et techniques utilisées.

Monsieur Schoendoerffer, la difficulté que vous rencontrez à travailler sur la base d'un scénario cohérent et limpide est proportionnelle à mon embarras à orthographier correctement votre nom.

Auteur :Jean-François Ballot

Tous nos contenus sur "Scènes de Crimes" Toutes les critiques de "Jean-François Ballot"

ça peut vous interesser

Tanguy, le retour : La critique du film

Rédaction

Avant-première du film Tanguy, le retour

Rédaction

Le Magazine des Séries : Miami Vice, la série en Bluray

Rédaction